Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Troisième Maréchal de la Marche
Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Localisation : Chartres

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Dim 3 Juil - 17:10

550 de large
Kelron Enoras


Présentation
Âge : La trentaine.
Peuple : Les peuples du Nord.
Lieu de naissance : Vers le Sud-Est du Val de Celduin.
Localisation : Il n'a pas bougé du village où il est né.
Allégeance : En même temps en train de conspirer contre l'Empire et dans un second temps en train de chercher le Roi légitime du Nord, son entourage est, pour le moment, les seuls personnes pour lesquelles il serait prêt à mourir.
Rang : Il n'a officiellement aucun rang militaire, bien que ce soit lui, le meneur de sa troupe résistante.
Parenté et personnes proches
Père : Harold Enoras, mort.
Mère : Adria Guerrin Enoras, en vie dans un village dans la Brèche.
Frère cadet : Denoris Enoras, deux ans de moins.
Amis et proches :
– Derian Cillier, Yon Nethir, Hornel Hecthorne, Azeron Reold et Morvran Vorhis sont ses plus proches amis.
– Joan Nissingham, Isengrim Vorhis, Ormer Garan etc. ne sont que des compagnons à qui il a accordé sa confiance.

----------------------------------------------------------
Mon prénom : Sacha.
Mon âge : 18 ans.
Comment j'ai connu ce forum : C'est qu'il vient, lui aussi, de BtDD dites-donc…
Je fais du RP depuis : Pas mal de temps.

VOTRE AVATAR



100x100
100x100
100x100

Background


Né dans le Val de Celduin d'une famille d'exilés depuis l'occupation impériale, Kelron Enoras avait déjà la dent dure. Et sa famille n'avait rien fait pour que ça change. Que ce soit lui ou son frère deux ans plus tard, la discipline était rude. Une éducation dure, pour une vie qui le sera encore plus, disait Harold Enoras, héritier d'une famille ayant combattu l'Empire par le passé et qui n'avait jamais assouvi sa haine au fil des siècles. Et elle aussi avait la dent dure. Si les familles Nethir, Vorhis ou encore Theoras, qui se disaient, elles aussi, descendantes de meneurs de guerre lors de l'invasion impériale, la famille Enoras, elle, continuait toujours de résister farouchement. À ce point que beaucoup disaient qu'Harold était à la tête d'un réseau d'espions. Conneries que tout cela, répétait-il.
Et la mère, dans tout cela ? Eh bien, elle avait une place plus importante qu'on pouvait le croire. Premièrement, la discipline et l'éducation dure étaient de mise avec elle aussi. Ensuite, elle avait vu de ses propres yeux la guerre. Un village de loyalistes brûlé, sa mère et sa sœur benjamine massacrées. Rien que l'on envie. Autant dire que le désir de vengeance est assez vif dans cette famille.

Parlons des fils, maintenant. Kelron et Denoris avait autant soif de conquête que de vengeance. Ils avaient eu la chance d'avoir de bons maîtres d'armes : leur père et ses contacts. Kelron avait développé une certaine éloquence, notamment dans l'appel aux armes. Il avait rameuté paysans et artisans en tout genre pour saboter l'Empire. Les deux frères avaient respectivement vingt et dix-huit ans quand ils quittèrent leurs parents pour s'en aller jouer à la guerre.

◊◊◊◊◊◊

« C'est sérieux, ces conneries ?! s'exclama Derian Cillier, un soldat talentueux proche de Denoris.
– Écoutes, on a fait trois villages, et ils ont tous parlé d'un descendant royal dans le coin. répondit Tanael Banworce, un ancien mercenaire qui s'est rallié à Kelron après avoir été blessé pendant deux mois.
– Conneries, l'Empire s'amuse trop à piller nos terres pour qu'il s'amuse à voyager. supposa Aethran, originaire du grand nord..
– J'avoue que je suis d'accord avec Aethran. intervint Kelron.
– Puis de toutes façons, le chercher prendrait du temps, s'il est vraiment ici, il doit bien se cacher. Personne ne peut se permettre de laisser l'identité de l'héritier du trône du Nord à découvert. Et puis… il finira par repartir. ajouta Andran Dassel.
– Comment tu expliquerais que des fermiers prétendent savoir que le Roi… ou le Prince se trouve ici ? demanda Hornel Hecthorne, un des meilleurs combattants de la troupe.
– Tu les connais ces pécores : toujours à dire des conneries pour se faire entendre. Surtout en zone occupée, ils n'attendent que de se faire libérer par l'armée du Roi. lâcha Angirv Bedlar.
– Je ne pense pas qu'il irait jusqu'à inventer cela. D'autant plus que si l'Empire vint à entendre que le Roi du Nord exilé se trouve en zone occupée, il n'hésiterait pas à brûler les villages et à tuer tout le monde pour le trouver, et le stopper. ? demanda Kelron.
– M'ouais… tu as peut être raison… concéda Angirv.
– Bref ! Qu'avons-nous d'autres ?
– Un nouveau pillage impérial, et trois nouvelles recrues, dont une femme, pour la première fois. répondit Denoris.
– À la bonne heure ! Amenez-les nous. »

Deux soldats amenèrent les trois intéressés dans le grand vestibule qui servait de salle de réunion pour la milice de Kelron. Ils étaient dans un bâtiment basé sur un village à la frontière entre le Val de Celduin et la Brèche, et à proximité d'une forêt qui abritait quelques éclaireurs. Toute la pseudo armée de Kelron et Denoris était là, dans cette bourgade, la plupart déguisé en paysans. Et en cas d'intervention impériale : “embuscade sanglante” disait Denoris. Un mot de passe tout aussi terrifiant pour dire qu'on ne voulait aucun survivant.
Kelron analysait sévèrement les trois nouvelles recrues potentielles, comme l'aurait fait son père. Le premier était grand, fin et barbu, il avait le visage fermé et cicatrisé. Il semblait déterminé. Il avait un passé troublé par la guerre, lui aussi. La fille, elle, semblait jeune. Trop jeune pour tenir une lame. Cependant, les questions viendront après avoir analysé le troisième homme. Pour sûr, il était un homme d'expérience. Il se tenait droit, main sur le pommeau d'une lame usé par le temps, c'était un homme qui s'était déjà battu, Kelron en était sûr. Il était, en plus, plus âgé que les autres.

« Donnez-nous vos noms. ordonna Hecthorne.
– Donal Heporil. répondit le premier.
– Mythra Zanatal. suivit la jeune fille.
– Azeron Reold. dit le dernier, d'une voix légèrement rauque.
– Très bien, Donal et Mythra, vous serez à la charge du chevalier Andran Dassel, il est l'un de nos meilleurs éléments, il vous interrogera et vous entraînera, vu votre âge et votre expérience. Azeron restera avec nous. » ordonna Kelron.

Après que les soldats furent seuls avec Azeron, plus ou moins gêné, Kelron se mit face à lui, alors que Denoris et son compagnon Derian Cillier étaient bras croisés sur sa droite, pendant que les autres soldats étaient assis devant la gigantesque table au centre de la pièce, où l'on mangeait mais là aussi on l'on discutait. Ces tables disposés en carré laissait un grand centre où les soldats pouvaient se tenir debout, pour adresser des discours par exemple. Kelron et son frère avec Derian y étaient, devant Azeron.

« Azeron Reold, nul doute que vous savez vous battre. commença Kelron.
– J'ai combattu férocement l'Empire pour défendre nos terres, en plus de chercher de potentiels alliés. répondit ce dernier.
– Vous avez beaucoup voyagé ?
– Pour sûr. D'est en ouest, de nord en sud… La Brèche, les Plaines…
– Avez-vous déjà entendu parlé d'un prince déchu, héritier des anciens rois northmen ? intervint Derian.
– C'est une question crucial, non ? lâcha l'aîné, en souriant.
– Vous croyez qu'on va chercher à le tuer ? rétorqua Hecthorne (c'est son nom de famille, mais on l'appelle toujours comme ça).
– Oui, il est réel, j'ai eu la chance de le croiser quand j'ai rallié les terres souveraines. Je ne connais pas son nom, mais il existe réellement, c'est un fait. avoua Azeron.
– Quoi qu'il en soit, ce con doit reprendre le trône du Nord. On doit le retrouver, et faire jonction avec lui. déclara Kelron, à l'attention de toutes les personnes présentes, comme le montre ses gestes avec ses bras.
– Hé hé ! Mon gars, calme ta détermination un coup. Au total, nous disposons de quarante cinq soldats, pas de quoi bousculer une muraille, hein. le coupa Ormer Garan.
– En constante augmentation, ton chiffre, non ? Et d'ailleurs, qui te dit que cet héritier n'abrite pas une armée ? Il a encore un bon nombre de loyalistes, probablement, là où il est. » rétorqua Kelron.

Ormer ne répondit rien, à court d'argument. Il était environ midi, et l'heure du repas approchait. Certains soldats avaient apporté quelques légumes frais, un peu de viande. Les repas étaient assez légers, pour des soldats, mais le rationnement était de mise depuis la perte du soutien résistant de deux village fournisseurs de vivres. Kelron n'a jamais su pourquoi, mais il était prêt à le découvrir, car du jour au lendemain ils avaient perdu de la nourriture. Le pire, c'est qu'il avait déjà envoyé un éclaireur qui n'est jamais revenu. Et par dessus le marché, il avait perdu tout contact avec son père, c'est ce qui l'effrayait le plus, alors que son village faisait parti du mouvement résistant. Il avait prévu de se déplacer lui même dans deux jours, avec au moins cinq hommes. Son frère en fera parti, pour sûr. Les deux craignaient un pillage par l'Empire. Évidemment, tout résistant devait être mis au silence. Il ne voyait pas d'autre option, bien que celle ci soit peu rassurante. D'ailleurs, Derian Cillier mit ce sujet sur le tapis.

« Qui comptes tu prendre pour aller voir ce que font nos anciens alliés, vers le Nord ? demanda-t-il.
– Cinq à dix hommes me suivront. Autrement dit, je prendrai les meilleurs. Denoris, Derian, Azeron, Yon, Andran et Hecthorne, vous venez ? proposa Kelron.
– Pas de problème. J'ai une question, puis-je ? intervint Hecthorne.
– Vas y.
– Si vous avez vu le prétendu roi déchu, vous devez savoir où il est ? demanda-t-il, à l'attention d'Azeron.
– Hélas, je l'ai vu il y'a longtemps. Et je n'ai pas été assez proche pour savoir quels étaient ses desseins. Il faudra rester à l'affut des rumeurs.
– Les rumeurs… intervint Yon Nethir, de manière presque haineuse. Ces mêmes rumeurs qui nous ont induit en erreur plus d'une fois. Peut-on réellement croire ce peuvent raconter des paysans ?
– Ce genre de rumeur ne court pas les rues, si on tend l'oreille là où il faut, nous aurons une chance de retrouver le roi légitime. répondit Derian.
– Bah ! Nous verrons bien, pour le moment, nous devons savoir ce que glandent nos alliés ! Êtes-vous au point, Kelron ? demanda Andran.
– Deux recrues nous accompagneront, pour les mettre dans le bain. Ennedor Manning et Joan Nissingham, qui confirmera sa dignité sur cette mission. répondit l'intéressé.
Je vais vous dire, intervint Azeron que l'existence d'un héritier au trône du Nord n'est pas nouvelle. »

Personne ne répondit à ce commentaire : tout le monde était bouche bée. Soit par incrédulité, soit par suprise. Les gens s'en retournèrent donc à une levée générale pour encourager Kelron et ses compagnons. Azeron n'avait, d'ailleurs, pas manifesté un quelconque désaccord à ce que Kelron le prenne pour un de ses soldats. Il avait été enrôlé sans qu'on ne lui demande son accord, et il semblait accepter cela.

« Je laisse la gestion de notre place forte à Ormer Garan et à Aethran durant notre absence. Je vise une absence de deux semaines, si nous ne revenons pas, vous saurez pourquoi… Si je compte prolonger notre absence, je vous enverrai un homme vous prévenir. Est-ce que ça vous va ? » demanda Kelron.

Beaucoup de personnes répondirent "oui" en même temps. Un vacarme encombra la salle pendant un moment, les soldats discutaient assez fort, puis le service de la nourriture, bien que rationné, ne se faisait jamais en silence. Kelron et ses hommes mangèrent tous ensemble, mais assez rapidement pour se préparer à partir vers le Nord en direction des villages anciennement alliés à la résistance de Kelron. Lorsqu'ils finirent de manger, les hommes engagés pour la mission allèrent vers l'armurerie pour prendre des épées longues et s'équiper d'armures de cuir cloutées et de manteaux de fourrures. De plus, Hecthorne prit quelques javelots, Ennedor prit un arc, Derian avait prit une arbalète de poing tandis Joan et que Denoris avaient pris du matériel utilitaire : de l'huile pour le feu, de la nourriture, des torches, des bandages, mais Denoris aimait aussi prendre des couteaux de lancers. Kelron, lui, avait un pavois de très bonne qualité attaché aux sacoches de son cheval, un cadeau de son père. Il attachait son épée à l'arrière de sa ceinture, alors que son armure de cuir noire cloutée et sa fourrure au niveau du cou et des épaules lui donnait un véritable air de chef de guerre. Les hommes montèrent sur leurs chevaux et étalonnèrent vers le Nord de leur village, sous les yeux des habitants et des autres soldats.

◊◊◊◊◊◊

Trois jours plus tard, Kelron et ses compagnons arrivèrent enfin à destination, l'air sentait le brûlé, et de la fumée s'élevait du village. Denoris et Derian, affolés, firent galoper leurs montures. Les autres suivirent peu après et virent le spectacle qui se jouait devant eux : le village avait été pillé, puis brûlé. Certains corps se tenaient dehors, carbonisés. Il y en avait qui étaient pendus.

« On est loin d'un certain Aragorn, ne trouves-tu pas ? demanda Derian, en référence aux éloges qu'on lui faisait dans les livres.
– Notre maison est en meilleure état que les autres, vite ! »s'empressa Denoris.

Kelron enfonça la porte de sa maison et vit le cadavre de son père, assit sur une chaise, avec une entaille profonde en plein thorax. Une lettre était posée sur la table. Elle avait été écrite par lui-même, et ce peu avant l'invasion puisque l'écriture était normale et fluide, sans ratures ou autres choses. Denoris la prit, et la lut à haute voix.

« Mes chers fils,

Depuis une semaine, l'Empire nous guette. Il s'adonne à taxer nos grains, et nous empêche donc de vous les envoyer à l'Ouest. Hier, deux chevaliers ont demandé à ce que l'on vous dénonce. Les familles Theoras et Vorhis ont fui vers le Sud et sont entrés dans la Brèche, ils partent à la recherche du roi légitime du Nord. Ils en savent beaucoup sur ce dernier, vous devez les retrouver. Ils n'ont embarqué que le strict minimum, mais l'Empire guette leur destination. Vous devez vous rallier au roi, pour notre terre. J'ai caché de la nourriture et des armes sous mon lit, dans des coffres. Prenez les. Ensuite, dirigez une unité à l'Ouest, proche des royaumes forestiers, et trouvez Stefan Skellen, lui seul connait les desseins de notre roi.

Que l'honneur et la justice vous garde, mes fils.


– L'Ouest pour Skellen ? La Brèche pour Vorhis et Theoras ? C'est censé nous aider ? s'énerva Yon.
– Nous n'avons pas le choix… Denoris, tu chercheras ce Stefan Skellen avec Derian, Joan et Andran. J'irai à la rencontre de Morvran Vorhis et Adan Theoras avec Yon, Azeron et Hecthorne. Ennedor, je suis désolé mais ta mission s'arrêtera là. Retourne à la place forte et préviens nos hommes, donne leur cette lettre. Nous aurons d'autres occasions pour chauffer les oreilles des impériaux. consigna Kelron.
– Nos routes se séparent donc ici. J'espère qu'on se retrouvera, un jour. dit Denoris, d'une voix triste et inquiète.
– Ne t'inquiètes pas, une fois qu'on aura trouver ce roi, nous aurons une unité. Dès que vous trouverez Stefan Skellen, voyagez droit vers la Brèche, prenez contact avec notre place forte, comme nous le ferons, et galopez droit vers la Brèche, cherchez des petits villages, car ce doit être là qu'ils se cachent.
– Je ferai office d'Homme à retrouver. dit Yon, en souriant.
– D'accord. Mes amis : gardez espoir, notre jour viendra : celui de la vengeance. »

Tout le monde remontèrent sur leurs montures, et les orientèrent vers leurs destinations. Kelron ordonna d'une voix haute et ferme de partir avec ce simple "Allez !". Les routes de nos hommes se séparèrent et ce fut la première fois que Kelron prit le risque de séparer ses hommes et d'amenuiser les capacités de ses troupes, puisque les soldats qu'ils avaient pris faisaient parti des meilleurs.

◊◊◊◊◊◊

Quatre jours de voyage pour atteindre le premier village, et celui ou est peut être la jeune génération des Theoras et des Vorhis. La lettre d'Harold sous-entendait qu'ils cherchaient le roi légitime, et qu'il leur fallait un point de chute. Une fois arrivé, on put voir que le village était légèrement fortifié : quelques barricades sur les routes, des milices patrouillaient, plusieurs miradors se tenaient dans la zone. On avait de quoi s'interroger : village résistant ou impérial ? Lorsque Kelron et ses hommes traversèrent la route pour se diriger vers l'auberge locale, les hommes sentaient les regards posés sur eux, comme s'ils étaient de la marchandise. Ils mirent pieds à terres et placèrent leurs chevaux dans le mini pâturage réservé aux animaux. Kelron ouvrit la marche et entra le premier dans l'auberge, qui était, étrangement, bondée. Ils trouvèrent une table proche d'une fenêtre qui offrait une vue sur la route. Hecthorne était fatigué, et il commençait à perdre espoir et à perdre le mental. Ça ne lui ressemblait pas.

« Les gars… Où est-ce qu'on cherche ? On perd du temps, et on mettre nos gars en péril pour des fables !
– Cht ! Calme toi, Hornel, on va y arriver. » l'encouragea Azeron.

Plus personne ne dit mot lorsque le serveur apporta les quatre pintes. Ils buvaient tous en silence. Ce voyage les avait fatigué, et le désespoir d'Hecthorne n'arrangeait rien. Le silence, du moins celui au niveau de cette table, fut brisé lorsqu'une personne encapuchonnée prit place, spontanément, à côté d'Hecthorne, sans rien dire, hormis au serveur afin de commander une pinte. Kelron, agacé, demanda des comptes.

« Pas trop belle, la vie, chez vous ? On ne vous gêne pas trop ?
– Pas le moins du monde, monsieur. répondit l'intrus, qui était une femme.
– Kelron, ça pue tout ça… s'inquiéta Yon en posant son épée sur ses genoux et en regardant autour de lui. On a atterri droit chez les impériaux.
– Gardez vos lames proches de vous. Restez aux aguets. insista Azeron.
– Vous attendez-vous à une embuscade ? les taquina l'inconnue.
– Montre-toi. » ordonna Kelron en posant sa dague sur la table, en la cachant avec sa main.

La femme s'exécuta et retira sa capuche. Elle se mit à sourire, et les larmes lui montèrent aux yeux. Kelron fut subjugué de voir qu'elle avait survécu.

« M… Mère ? Je vous croyais morte, comme les autres.
– Ton père a fait une diversion, il avait tout prévu. Dès qu'il a vu les impériaux nous tourner autour, il a monté ce plan en aiguille pour nous permettre de fuir. La lettre aurait pu être écrite au dernier moment, mais il avait tout prévu… répondit-elle.
– Pourquoi vous ne nous avez pas parlé de tout ça avant que l'on parte ? s'enquit Kelron.
– Vous vouliez tellement partir en guerre… le roi pouvait attendre, non ? D'ailleurs… où est mon fils cadet ? Où est Denoris ? répondit-elle.
– Nous nous sommes séparés, il est parti quérir le fameux Stefan Skellen pendant que je suis venu ici chercher les fils des familles Theoras et Vorhis. Sont-ils ici ? dit Kelron.
– Nous vous attendons depuis deux jours… Ils vont bientôt revenir je pense. Venez, sortons de cet endroit et allons dans la ferme de Tarin.
– Tarin ? intervint Yon, d'un ton suspicieux.
– Tarin Vorhis est le doyen de leur famille, il a cédé sa ferme à Morvran et Isengrim, ses deux petits fils, qui sont les deux fils Vorhis. répondit Adria.
– Et Adan Theoras est accompagné de sa sœur, je suppose ? demanda Kelron.
– Oui, elle se nomme Analia, venez, nous avons beaucoup de choses à vous dire à propos de qui vous savez. »

Évidemment, on parlait de ce roi. Kelron et Yon en avaient assez, de toutes ces rumeurs. Ils voulaient du concret, quitte à voir un malade mental. Après tout, ce ne serait pas anormal après un tel vécu. Les hommes suivirent donc Adria vers la fameuse ferme de Tarin Vorhis. Au final, ils y croisèrent ses deux petits fils : Morvran et Isengrim. Depuis toutes ces années, les deux avaient acquis prestance et beauté. Morvran était grand, et élégant. Il avait ses cheveux longs sur les épaules. Visage bourré de cicatrices par ci par là, il avait un nez normal et des yeux sombres étincelant de sévérité. Son frère cadet, Isengrim, lui, était tout le contraire de son frère. Il avait les cheveux longs, certes, mais ils étaient bruns et tombaient sur son dos. La lourde cicatrice qui lui traversait le visage était horriblement laide, qu'il essayait tant bien que mal d'occulter par une légère barbe. L'un avait une flamberge rangé sur son dos, tandis que le second avait une hache de guerre plutôt de bonne qualité.

« Oh ! Mais c'est qu'il a le visage qui s'est endurci au fil des années ! le railla Morvran en ouvrant les bras vers Kelron.
– Et toi donc, Morvran. Toujours adepte des armes lourdes, on dirait ! répondit Kelron en le prenant dans ses bras. Les deux étaient amis, à l'époque.
– Où est passé Denoris ? s'enquit Isengrim, qui était justement l'ami de ce dernier.
– Il est allé vers le Nord-Ouest d'ici, il nous rejoindra, un jour. On fera sans lui pour le moment. répondit Kelron Laissez-moi faire les présentations de mes compagnons : Voici Yon Nethir, fils de Thorne Nethir. Au milieu vous avez Hornel Hecthorne, fils d'Umar, un forgeron dans le Nord. Le dernier est Azeron Reold, un soldat errant d'expérience et récemment admis à nos troupes.
– Enchanté. J'espère que vous avez de la ressource, car l'Empire nous harcèle depuis quelques semaines. Ils vont et viennent, et tentent de nous affamer. dit Morvran.
– Affaiblir avant d'agir… insinua Yon.
– Tout à fait. Depuis on tente, nous aussi, de les affaiblir… au moins de les faire reculer. D'ailleurs, Adan devrait être rentré… s'inquiéta Isengrim.
– Sa sœur a-t-elle pris les armes ? demanda Kelron.
– Évidemment ! Une vraie diablesse de la lame. Mais ça fait un moment qu'ils devraient être rentrés… je m'inquiète, là…
– Kelron, viens, on va aller voir ce qui se trame. Azeron, accompagnes nous. dit Morvran.
– Ils sont allés où ? demanda Azeron.
– Vers le Sud, on a entendu des bruits de chevaux, cette nuit. Je voulais savoir si c'était les chevaliers de l'Empire. C'est peut être le cas, mais les choses ont du mal tourner. Prenez vos chevaux ! » répondit l'autre.

Une fois dehors, Kelron vit que le crépuscule était proche. Il fallait faire vite. Les trois hommes galopèrent vers le Sud, et Morvran fit arrêter la marche à la lisière d'une forêt. Il mit pied à terre en gardant la main sur les rênes de son cheval et continua le chemin à pied. Les hommes finirent pas trouver le campement des deux frères et sœurs plus loin. Les craintes d'Isengrim pouvaient se confirmer : le feu brulait encore, le bouclier d'Adan était encore là, ainsi qu'un carquois de flèches avec son arc, et quelques outils. Des traces étaient visibles et s'engageaient vers un chemin où des plaines étaient proches : quelques choses ont du captivés les deux. Morvran prit le bouclier et l'arc et ses flèches pendant  Kelron mena la marche discrètement vers la sortie, et un bataillon d'impériaux étaient visibles d'ici.

« Ils se sont fait avoir… Je ne sais pas s'ils sont là bas… dit Kelron.
– Ils sont combien ? demanda Azeron.
– Une bonne dizaine à coup sûr.
– On tente une embuscade à cheval ?
– Non… certains ont des lances, dès qu'ils entendront les chevaux, ils se mettront en position et on l'aura dans l'os.
– Je peux tenter d'en avoir un ou deux d'ici, avec l'arc, et attirer les autres ici et boum ! On leur tombe dessus. intervint Morvran.
– Pas bête, mais essaies d'en avoir un bon nombre avant qu'ils n'arrivent sur nous. Moins il y'en aura, plus on aura de chance d'en avoir un vivant pour l'interroger.
– Je vais faire de mon mieux, je ne suis pas un expert au tir à l'arc.
– Au pire nous avons nos dagues que l'on peut lancer. »
dit Azeron.

Morvran banda son arc, et après avoir coupé sa respiration et s'être concentré, il tira la première flèche. Elle atterrit sur l'épaule d'un des soldats, sans le tuer. La surprise gagna le bataillon, et Morvran tira une deuxième flèche, qu'il rata, avant que l'on entende des bruits de chevaux. Une troupe au galop.

« Oh merde… Il y a un régiment de chevaliers qui va nous charger dessus. s'inquiéta Kelron.
– Et ils sont assez nombreux pour nous capturer. ajouta Azeron. * les bruits se rapprochent de plus en plus, et Morvran continue de tirer des flèches, sa dernière en tua, enfin, un. * Il faut y aller maintenant ! On doit se replier derrière les arbres !
– Que tu crois, il faut se tirer de là ! hurla Kelron.
– Ils ne pourront pas garder leurs chevaux en forêt, ils seront vulnérables. supposa Morvran.
– Certes, mais ils ont quand même l'avantage du nombre. *Le premier chevalier était visible, et on entendait aussi les cris d'une jeune fille, ceux d'Analia, très probablement.* Tues le ! *Morvran ne loupa pas cette flèche, le chevalier fut percé en plein thorax* La fille ! Ce doit être Analia ! s'écria Kelron.
– Ils sont désorganisés ! Ils préfèrent déboulés un par un plutôt que de charger en ligne ! On a une chance ! On verra après pour la donzelle ! S'entêta Morvran.
– Une chance trop minime, allons au moins chercher les autres ! proposa Azeron. *Quatre autres chevaliers étaient visibles, l'un d'eux avait une arbalète et loupa de justesse Azeron* On ne peut pas rester là ! Dame chance ne nous sauvera pas éternellement !
– On n'a jamais rien sans audace… À mort ! Hurla Kelron en chargeant sur les chevaliers.
– Allez ! l'encouragea Morvran en tuant un autre chevalier avec son arc, tandis que Kelron avait lancé sa dague sur un autre.
– Déjà deux en moins, pas mal… Les autres arrivent ! *Kelron avait tué un autre soldat avec son épée après avoir esquivé la charge d'un autre chevalier, alors que Morvran avait tué le dernier avec son arc.* Il te reste des flèches ?
– Cinq… se lasse Morvran.
– D'autres arrivent ! Deux hallebardiers et deux spadassins ! annonça Kelron. *il ramassa sa dague* Il y'en a un à l'allure d'un officier !
– Reviens ! Je n'ai que cinq flèches ! Vos dagues vont être plus qu'utile !
– Ils sont plus lourdement armés : pavois, casque, armure de plates lourde ! Il va falloir frapper fort et être méticuleux ! déclara Azeron.
– Faites en sorte de garder en vie l'officier, pas de pitié pour les autres ! Ils auront peu de mobilité, surtout quand ils seront en face de nous ! Il faudra user de leur fatigue ! » consigna Kelron.

Les trois hommes jugèrent plus utile de s'enfoncer légèrement dans la forêt, afin d'être moins visible et donc d'avoir un ascendant sur leurs ennemis. Morvran aura plus de temps pour viser. Il attendait le signal de Kelron, avant que les deux guerriers ne chargent sur leurs ennemis. Il leur fallait du temps pour se placer à l'opposé de la provenance de la flèche, pour les avoir dans le dos. Kelron donna le signal, et Morvran tira sa flèche sur le soldat à l'extrême droite de l'officier, tandis que Kelron et Azeron profitèrent de la surprise pour tuer les deux autres soldats. Les trois hommes encerclèrent l'officier qui commença à paniquer.

« Rends-toi et réponds à nos questions, et tu auras la vie sauve. le menaça Morvran.
– Si vous croyez que vos menaces suffiront à m'effrayer, vous vous trompez, vulgaires résistants de pacotille. cracha l'officier.
– Pourtant je sens déjà ta peur. Qu'as-tu fait de ceux que vous avez capturé ici-même, ces derniers jours ? demanda Kelron.
– Oh… Pauvres chouchous… Deux captures et on s'attriste du sort de ses amis. se moqua l'impérial.
– Réponds à la question. ordonna Azeron.
– Vous arrivez trop tard… Le garçon a été décapité tandis que j'ai donné la fille à mes hommes. Ça leur apprendra à nous donner moins de fil à retordre, la prochaine fois.
– Quelle belle mentalité…
– Ceci dit, il n'a aucune raison de dire faux. se résigna Azeron.
– Bien évidemment, c'est pour ça que nous le tuerons pas ici. Laissons les paysans du village s'amuser avec un officier impérial. Il vivra ce qu'Analia est en train de vivre. dit Kelron.
– Vous… Vous plaisantez ? » s'énerva-t-il en dégainant son épée.

Mais il n'eut le temps d'attaquer car Morvran lui faucha les jambes, le faisant hurler de douleur. Azeron eut l'idée de prendre l'équipement de tout les soldats, afin de renforcer les possibilités sur la région. Kelron, lui, eut une idée beaucoup plus morbides : décapiter tout les soldats et empaler leurs têtes autour du village. Une idée à revoir, selon Morvran, qui préfère attendre un peu de renforts. Kelron lui donna finalement raison, et se résigna à embarquer tout ce qui pouvait l'être. Azeron retourna au campement des deux Theoras pour récupérer les outils, les tentes et tout ce qui pouvait être utile. Fin prêt pour repartir en compagnie de l'officier, Kelron entassa et brûla les corps avant de rentrer.

◊◊◊◊◊◊

Deux ans s'étaient écoulés depuis. Adan Theoras était bel et bien mort. Cependant, on ne savait toujours rien d'Analia. Kelron se résigna à la croire morte : maintenant, il fallait aller de l'avant, et se recentrer sur l'objectif principal. Il avait eu le privilège de recevoir plusieurs lettres de Denoris et d'Ormer Garan, qui avait lourdement gonflé les rangs, atteignant soixante sept soldats à l'Ouest. Denoris avait, lui aussi, donné des nouvelles. Il avait trouvé Stefan Skellen, qui n'était autre qu'une taupe au sein de l'Empire, il parait qu'il avait plusieurs alliés avec lui. De quoi faire imploser un bataillon entier, disait Denoris. Évidemment, Morvran, Azeron et Kelron prenaient du recul. L'Empire n'était pas ignare à ce point, et ensuite, un coup de revers par l'intérieur ne renverserait que leur méfiance et leurs pillages. Autrement dit, on avait rien à gagner à tenter ça. Le plus énervant, pour Kelron, c'est qu'ils devaient tous attendre pour avoir des informations sur l'héritier du trône. Denoris n'arrivera que demain. Pour Morvran, il restait une journée avant d'oublier le nom des Theoras. Azeron et Kelron étaient plus pragmatique, ne voulaient plus penser à cette jeune fille et voulait se tourner vers la recherche du roi et du sabotage des opérations de l'Empire. Adria, elle, était fière de son fils. Bizarrement, elle était fière qu'il ne suive pas toujours son cœur. Quand Hecthorne revint de son tour d'éclaireur, il avait la possibilité de faire bouger les choses.

« Y a un bataillon qui approche du village.
– Encore ? s'étonna Yon.
– Ouais, mais cette fois ils ont une bête de foire à vendre… continua Hecthorne.
– Ana' ?! s'exclama Morvran.
– J'sais pas… Elle est blanche, blonde, avec un cri de peur qui ressemble à un cri d'ébat ? reprit son interlocuteur, moqueur.
– Dis donc, t'en as un, d'humour, toi… cracha Vorhis.
– Bah c'est elle alors, mais de plus ou moins loin, elle avait l'air petite et fine, mais ça ce doit être le rationnement de bouffe. Et elle était salement amochée… ajouta l'autre.
– Ils se sont fait plaisir dessus, crois-tu. intervint Kelron.
– L'officier nous l'avait bien dit, ça. nota Azeron.
– Qu'est-ce qu'on fait ? Elle a certainement balancé des noms, en plus. demanda Yon.
– Dame chance nous sourit, elle ne nous connait pas… sourit Hecthorne.
– Elle connait Morvran et Adria, c'en est assez pour venir nous chercher. souligna Kelron.
– Hec' ! Ils sont combien ? demanda Azeron.
– Beaucoup trop nombreux pour tenter une attaque directe, même avec les autres fermiers du coin : ils sont bien armés. répondit l'intéressé.
– Laissons les entrer, on verra bien ce qu'ils vont dire. Sortons. » dit Kelron.

Les impériaux étaient à l'intérieur du village quand Kelron sortit. L'anxiété envahit alors l'homme qui ne souhaitait que leur mort à tous. L'impérial jeta la jeune fille, qui était bien Analia par terre, et descendit de son cheval, avant de dégainer son épée. Il s'exclama d'une voix forte et solennelle.

« Celui qui se dénonce aura droit à un joli traitement de faveur avec le privilège d'épargner le village des flammes !
– Qui se dénonce pour quoi ? demanda Yon.
– Pour avoir conspirer contre l'Empire !
– Ah ! Et celle ci doit faire parti d'un complot pour tuer Barahir, c'est ça ? se moqua un paysan.
– Qui que soit l'objectif, les résistants sont exécutés ! hurla l'impérial.
– Qui vous dit qu'elle a résisté ? reprit Nethir.
– Allons ! Ne niez pas les dix hommes que vous avez tuer, dans cette forêt ! »

Pendant que les paysans se jouaient des soldats, Morvran, Yon, et Azeron observaient la scène, arme cachée. Kelron marcha vers les soldats. Il savait que les paysans s'en prendraient aux impériaux… mais, c'est un pari risqué. Cinq impériaux en ville, additionnés à une dizaine au croisement, un peu plus loin. Kelron prit la parole.

« Écoutez, vous avez déjà pris possession de celle là. Ça fait deux ans que vous vous jouez d'elle comme d'une poupée sous le seul prétexte qu'elle soit résistante. Vous avez ce don de mettre tout le monde dans un seul sac.
– Vous avouerez que les loyalistes ne courent pas les rues, par ici ?
– Certes, mais à votre avis, la résistance existe-t-elle pour contrer le seul fait que vous ayez conquis notre territoire ou parce que vous vous amusez à massacrer tout ce que vous voyez ? continua Kelron, tentant de le convaincre de relâcher Analia.
– Allez vous me faire croire que vous fermeriez vos gueules si on vous laisser cultiver votre grain en notre nom ?
– Qui sait ? Libérez la… Ça fait deux ans qu'elle ne vous sert à rien, et que vous avez tué son frère.
– Il a raison, messire, prouvez que vous avez autant de valeur au combat que dans l'esprit. Montrez-nous votre supériorité ! intervint Azeron.
– Dans l'état où elle est, ça nous évitera ses hurlements nocturnes. répliqua l'impérial en poussant Analia sur Azeron.
– Je vous en sais gré. »

L'impérial remonta sur selle et d'un cri, fit partir ses troupes vers le reste du bataillon, et repartirent tous loin dans les plaines. Kelron scruta un léger moment l'horizon puis s'en retourna vers ses amis, avant de se faire accoster par un fermier.

« Hé monsieur mh mh… j'peux vous parler ? Mh mh…
– Qu'est-ce qu'il y'a ? demanda Kelron.
– Je sais que vous faites tout, mh mh, pour épargner notre village des flammes, surtout depuis, mh mh, votre escarmouche avec plusieurs soldats mh mh. Mais, mh mh, l'Empire finira par rev'nir mh mh.
– J'ai des amis qui vont venir d'ici deux jours, nous pourrons faire face à ces patrouilles. Gardez l'esprit vif, et le cœur serein.
– Merci, mh mh, monsieur. »

Kelron repartit vers la ferme Vorhis et vit tout le monde dans le salon, où tout le monde se tenait autour d'Analia, transpirante et tenant une tasse dans les mains, elle semblait complètement tarée et apeurée. Deux ans parmi les impériaux et c'est la fin de toute une vie. Savait-elle pour son frère ?

« Deux ans… Que s'est-il passé, là bas ? demanda Kelron.
– Devine. Ils se sont joué de moi. Derrière ça, ils m'ont torturé et m'ont menacer du pire si je ne donnais pas des noms. Mais des noms ! J'en avais qu'un ! J'ai… *elle hurla un coup* J'ai dis ton nom, Morvran… j'étais…
– Ne t'inquiètes pas. On va y arriver. » la rassura Morvran.

Yon, Azeron et Hecthorne sortirent peu après. Piqué au vif, Kelron sortit les rejoindre. Ils semblaient énervés et impatients. Yon n'y alla pas avec les pincettes pour faire comprendre à Kelron son mécontentement.

« Ça va durer combien de temps, tout ça, hein ? Deux ans ? Ce roi n'attendra pas qu'on le trouve !
– Je sais, on attends Denoris et Skellen, et on ira à sa rencontre. répondit calmement Kelron.
– Écoutes, je n'ai rien contre la fille, et encore moins contre Morvran, mais on perd un temps précieux. Un temps qui nous permettrait de faire face à l'Empire ou de retrouver notre roi à tous ! insista Yon.
– Je sais. Attendons demain, veux-tu ? On saura ce que Skellen nous dira. »

Yon acquiesça d'un léger signe de tête. Hecthorne et Azeron n'ajoutèrent rien. Tous rentrèrent dans la ferme et virent qu'Analia allait de mieux en mieux. C'est Hecthorne qui eut une idée.

« Écoutez. On va devoir se tirer de là un jour ou l'autre. Je propose que Morvran reste ici avec Analia pendant que Kelron et Denoris nous mènent vers le roi. Il accueillera nos troupes pendant que l'on cherche l'héritier. Comme ça, il pourra donner la direction à nos troupes pour qu'ils nous rejoignent.
– Bonne idée, je trouve, que tu as. le soutint Azeron.
– Des objections ? » demanda Kelron.

Personne n'objecta, donc. Le sort en était ainsi jeté. Demain était un autre jour, et sûrement des plus importants. Ça faisait deux ans que Kelron n'avait pas vu son frère. Et il avait hâte de le retrouver.

◊◊◊◊◊◊

Kelron se leva tôt ce matin là. À la fraiche, comme on disait. La fraicheur matinale l'apaisait tandis que la légère brise lui faisait un bien fou. Le plus étonnant était qu'Hecthorne et Yon étaient déjà debout. Ils avaient préparé un petit déjeuner car ils voulaient partir avant tout. Denoris devait arriver dans la matinée. C'est ce qu'il disait dans ses lettres, du moins. Kelron le voyait arriver pour midi, au moins. Mais l'heure n'avait peu d'importance. Maintenant, tout ce que voulaient Kelron, c'était trouver ce Roi et de commencer une nouvelle quête. Les trois hommes mangèrent ensemble et en silence. Lorsque Kelron finit, il entendit plusieurs paysans crier. Encore l'Empire sans doute. Il accourut à la sortie. Il vit plusieurs cavaliers. Il reconnut de loin les cheveux mi longs de son frère.

« C'est lui ! C'est Denoris ! Ha ha ! » hurlait-il pendant que Yon le rejoignit avec les autres.

Ils étaient tous à cheval et trottinèrent vers le village. Certains paysans crièrent de joie, ils espéraient beaucoup depuis que Kelron et ses hommes avaient vaincu un bataillon impérial. Denoris se précipita vers son frère en descendant cahin-caha de son cheval alors qu'il galopait encore pour le serrer dans ses bras. Avec lui, Derian Cillier avait la barbe qui avait poussé, tout comme ses cheveux. Joan Nissingham semblait endurci d'expérience tandis qu'Andran avaient plusieurs cheveux blancs qui ornaient sa longue chevelure brune. Stefan Skellen, lui, avait une allure différente. Une posture suspecte. Il avait une barbe de trois jours mal taillé et des cheveux courts. Il avait une chevelure aussi sombre que ses yeux. Kelron les mena à la ferme des Vorhis, où Stefan le salua enfin.

« Je vous salue, Kelron. Votre frère n'a pas loupé un seul trait en vous décrivant. J'essaierai de faire de même quand je vous décrierai notre héritier légitime. dit-il, d'une voix mielleuse, calme et grave.
– Vous l'avez vu ? demanda Azeron.
– Pour sûr ! Je sais même où est-ce qu'il se dirigeait ! répondit-il.
– Vous avez une piste solide ? insista Yon.
– Notre roi a décidé de sortir de l'isolement diplomatique, et cherche à se faire quelques amis.
– Quel genre ? s'empressa Hecthorne, qui détestait le mystère qu'il s'amusait à laisser.
– Tout genre.
– Où ?! s'impatienta Yon.
– À Amon Lanc.
– Mais ? Vous avez une idée de la distance à parcourir ?!
s'inquiéta Yon.
– On ne sera jamais là bas à temps, mais Sa Majesté ne rechignera pas quelques bras en plus. supposa Stefan Skellen.
– Et vous savez ce qu'il y fait ?
– Hé ! Je ne suis pas son confident ! On verra bien ce qu'il fait là bas.
– Maintenant que je sais tout ça, l'envie de partir fait place à l'envie d'écraser des impériaux… C'était mieux avant, tout compte fait.
lâcha Yon.
– Vous avez pris contact avec Garan et Manning ? demanda Azeron.
– Ils arriveront dans une semaine et… commença Denoris.
– On ne pourra pas les attendre. Ça ne fait que repousser la trouvaille, et tout espoir d'unité. le coupa son frère.
– Tu dis vrai. Puis d'ailleurs, il faudra être prudent si nous voyageons. L'Empire guette ce coin de tout les côtés. dit Derian Cillier.
– Ouais. Nous aurions jamais dû les tuer. Ils ne cherchent qu'une occasion d'arroser les champs de sang. se lassa Kelron.
– Vous avez guerroyé ? demanda Joan Nissingham.
– C'est le moins que l'on puisse dire. On a tenté de sauver Analia Theoras, et on s'est frotté à un bataillon entier.
– On s'en fiche. intervint Morvran. Kelron, Denoris… les gars. Trouvez notre roi légitime, protégez le. Je resterai ici et mènerai vos hommes sur Amon Lanc. Si toutefois vous trouvez le Roi là bas et que vous quittez la colline, laissez un indice de votre passage, et une piste pour vous retrouver.
– Nous partons demain, à l'aube, pour Amon Lanc. Préparez vos affaires, et ne prenez que le strict nécessaire. ordonna Kelron.
– Écoutez. Je ne sais pas ce qui nous attend à Amon Lanc, et encore moins… commença Stefan.
– Dites-moi juste comment vous savez tout ça. » le coupa Kelron.

Stefan Skellen isola Kelron et ce dernier sentit, enfin, qu'il lui parlait sincèrement.

« J'ai failli le suivre. Il a beaucoup de charisme. Hélas, je ne suis ni un diplomate, ni un garde du corps. Je me suis mis en quête de diriger les loyalistes aux impériaux, pour mieux les mettre au silence et les tuer. Ce que vous a dis votre frère ne sont que des foutaises. Je suis un assassin, des dizaines de gens sont morts à cause de moi. J'ai, à ma manière, défendu ma terre. Je ne me considère ni comme un exemple, ni comme une fierté. Et je ne vous suivrai pas jusqu'au bout dans cette voie là, mon frère.
– Que veux-tu dire ?
– Que mon rôle ne se joue pas aux côtés du Roi. Ni aux tiens. Je ne vous attirerai que les pions de l'Empire. Je continuerai ma tâche, je gagnerai du temps.
– Où comptes-tu aller ?
– Je retourne chez moi.
– Quand ?
– Maintenant. Ne faisons jamais attendre nos ancêtres. Mon père me disait toujours cela.
– Soit. Faites honneur à notre Roi, même dans l'ombre et le meurtre. »


Il acquiesça. La voie du soldat n'était pas faite pour lui. Mais Kelron savait qu'ils allaient se retrouver. D'une manière ou d'une autre. Stefan Skellen se dirigea vers le salon, et fit ses adieux à tout le monde, avant de sortir et de monter en selle. Hecthorne lui fit don d'un de ses javelots. Stefan souriait mais on sentait qu'il avait le cœur lourd. Il monta sur selle.

« Gardez la tête haute, l'honneur sauf et le cœur serein, car vous représentez la nouvelle gloire du Royaume du Nord. L'unité fera la force. » leur dit-il, avant d'éperonner son cheval.

Kelron fut le dernier à rejoindre la ferme. Il était prêt à partir, il attendait ce moment depuis trop longtemps. Il préparait déjà ses premières affaires pour le lendemain. Il avait convié tout le monde à un diner tout ensemble. Un dernier. Il le savait lui. Derian aussi le savait. Ce type était vraiment un sacré personnage. Très pointilleux sur son physique, il avait sa barbe, complète et brune, très bien taillée, et il coiffait toujours méticuleusement ses cheveux légèrement en arrière, tenant le haut de ses oreilles au chaud. D'un autre côté, il était pourtant très lucide et mature, et plus que cela, il n'avait absolument rien de superficiel. Très brave, il n'avait ni peur de la mort, ni peur de la saleté. L'élite était ici, d'ailleurs. Azeron avait l'expérience, Hecthorne, le talent, Kelron et Denoris avaient plus ou moins les deux, tandis que Yon était un ambitieux et un déterminé, et Derian, la témérité.

Le soir venu, ils n'attendirent pas pour préparer la table pour tout le monde. Tous étaient présents, même Adria et Analia. Pourtant, la bonne humeur ne durera pas si longtemps, quand quelqu'un frappa à la porte. Yon partit ouvrir, pendant que les autres hommes prirent leurs armes. Kelron ouvrit la porte.

« Monsieur Enoras ! J'ai une lettre de la plus haute importance ! s'exclama une voix de femme.
– Je… vous connais ? hésita Kelron.
– Je suis Mythra Zanatal, au cas où vous auriez oublié mon nom, je suis venu avec Tanael Banworce. répondit la jeune fille.
– Qu'est-ce que vous voulez ? Vous deviez arriver bien plus tard ! intervint Hecthorne.
– Je le sais, mais l'Empire guette notre place forte. Ormer Garan s'attend à une attaque à tout instant !
– Peut être. Ceci dit, je lui ai confié les rênes, et il devra les garder un peu plus longtemps. Demain, nous irons à la rencontre du roi légitime. Nous ne rentrerons pas avant un long moment. dit Kelron d'une voix grave.
– Vous… vous ne pouvez pas nous laisser mourir ! se révolta la fille.
– Restez ici, ou alors dites aux soldats de quitter les lieux. Nous ne pouvons pas rester là. Ceci dit, vous avez le choix : suivez-nous, ou restez ici, avec Morvran Vorhis. intervint Yon Nethir.
– Nous resterons, alors. se résigna-t-elle.
– Je suis désolé. Vous devriez prévenir Ormer que nous nous cachons là. Ils pourront se cacher ici quelques temps, avant de repartir. La sédentarité était un mauvais choix, dès le début. »

La jeune fille repartit, le visage triste, pendant que Kelron ferma lentement la porte et retourna s'asseoir. Il eut, soudain, une pensée pour les autres. Il se sentait coupable. Mais les autres le rassurèrent. « Nous avons nos devoirs. Si ma loyauté devait aller à Ormer ou au Roi, je n'hésiterais pas. » disait Azeron. Une phrase que Yon ne s'est pas empêché de critiquer. « Si ton roi est un faible, et ton frère un homme d'un honneur et d'un talent extraordinaire, qui sauverais-tu ? Ton roi ? Si oui, alors tu n'es rien qu'un lèche botte, ni plus, ni moins. » crachait-il. C'est à ce moment qu'apparurent les premières tensions et rivalités entre ces deux hommes au caractère féroce et à l'esprit vif. C'est dans cette légère tension que tout le monde partit se coucher.

◊◊◊◊◊◊

Il faisait encore nuit quand Kelron se leva. Il réveilla tout le monde, et dans un silence assourdissant et inquiétant, ils mangèrent tous ensemble, et ce rapidement. C'était le grand jour. Après avoir rassemblé leurs affaires respectives, tout le monde sortirent dehors, alors qu'il faisait encore froid. Hecthorne tenait encore ses javelots, alors que Derian avait son arbalète sur le dos. Ils étaient huit. Ils formaient presque une élite. Une fois en selle, ils galopèrent tous, sans un mot, vers leur destination : Amon Lanc. Ici, tout allait changer pour Kelron et ses hommes.






Apparence


Grand de taille, Kelron est pourtant loin de dominer ses amis dans ce domaine. Si son mètre quatre vingt quatorze peut lui donner un air, ce n'est pourtant pas Yon, de son deux mètres un, ou Hecthorne, de ses deux mètres trois, qui seront impressionnés. Cela dit, sa corpulence athlétique lui donne un autre air, tout aussi marquant. Son visage et son regard sévère, dont les yeux sont bleus foncés, ne font que renforcer son caractère sanguinaire, alors que ses cheveux châtains foncés, longs et lâchés, et sa barbe légèrement poussée veulent lui donner un air expérimenté. Nous pouvons noter ses tâches de rousseur, sur lesquelles se tient une cicatrice de jeunesse, à côté de son sourcil droit, tandis que ses fourrures hautes cachent son cou où plusieurs grains de beauté se tiennent. Notons aussi ses anneaux sur l'oreille gauche ainsi que sa mâchoire épaisse et arrondie cachée par sa barbe complète, tout comme ses joues plutôt pleines.
Kelron se démarque surtout en attachant son épée à l'arrière de sa ceinture, ce qui fait qu'elle touche ses fesses et non le haut de la cuisse. Les deux côtés de sa ceinture sont réservés à des dagues ou à des fourrures, qu'il en porte aussi au col, ce qui tient une cape de taille moyenne à la couleur de son armure de cuir : noire, voulant lui donner un air de combattant aguerri, et renforcer un sentiment d'anxiété face à lui.

Tempérament


Suivant une éducation difficile et restrictive, Kelron n'a rien oublié de sa jeunesse sévère. Son insolence, souvent durement punie, s'est transformée en désir de vengeance, alors que son ambition s'est transformée en témérité. Avec l'âge, il a cependant su freiner sa soif de conquête, et a donc réussi à tempérer son ambition. Il a appris à écouter son entourage, et prendre du recul sur ses agissements. Comme son père, il a souvent fait face à des choix de cœur et de raison, dans lequel il a souvent choisi la raison. Même s'il ressent parfois du remord, ses proches n'hésitent pas à l'encourager quand son choix est bon, même s'il est dur. Cela dit, il sait aller de l'avant, à avancer et à garder espoir, ne se fiant qu'à son entourage. Sa haine de l'empire n'est que le fruit de sa détermination pour recouvrer l'indépendance du Royaume du Nord que sa famille a toujours tant voulu. Une famille qui, pendant cinq siècles d'occupation n'a rien perdu de sa haine et de son désir de vengeance que Kelron tient à conserver avec son frère.
Si sa famille ne lui avait jamais parlé d'un roi légitime, et si sa rencontre avec Stefan Skellen se solde pas une séparation, il a appris avec le temps que, par moment, peu importe comment on y est parvenu, c'est le résultat qui compte. Après les aveux de Skellen sur ses méthodes, Kelron se sent obligé de penser qu'il a de l'honneur, parce qu'il a sa cause. Une cause partagée par tant d'hommes et de femmes. Tant d'hommes et de femmes qu'il a appris, avec le temps, à diriger comme une armée. C'est ainsi qu'il rallia alors Tanael Banworce et d'autres anciens mercenaires, qui pourtant étaient expérimentés.


© Narja - Never-Utopia + Hélicon/Neithan


Dernière édition par Kelron Enoras le Sam 23 Juil - 12:18, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 122
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Dim 3 Juil - 22:13

Bon retour, loyal sujet du Nord Razz

(Essaie de trouver un avatar 200*400, il a été redimensionné de force et donc déformé)

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi des Nains
Messages : 82
Date d'inscription : 03/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Dim 3 Juil - 22:20

Re bienvenu a toi ! En espérant bientôt te rencontrer en jeu ! Smile


Dernière édition par Durïn l'Immortel le Dim 3 Juil - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Troisième Maréchal de la Marche
Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Localisation : Chartres

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Dim 3 Juil - 22:42

Moi de même, l'ami ! Smile

_________________
Maréchal Eorlund de la Marche, Troisième du Nom, de Ronstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi des Nains
Messages : 82
Date d'inscription : 03/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Dim 3 Juil - 22:53

Si tu finis ta fiche assez rapidement tu pourras certainement te joindre a nous pour l'event de la reprise de la Moria Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 142
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Dim 3 Juil - 23:15

Rebienvenue ! Si t'as des questions hésites pas Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 122
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Mer 6 Juil - 20:31

D'ailleurs si tu as besoin de conseils pour ta fiche ou si tu as des questions sur le Nord n'hésite pas Razz

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Troisième Maréchal de la Marche
Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Localisation : Chartres

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 0:13

J'ai fini ! Désolé d'avoir fait attendre les plus impatients ! Bisous !

_________________
Maréchal Eorlund de la Marche, Troisième du Nom, de Ronstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 122
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 2:05

C'est une très agréable histoire Kelron, le travail sur les personnages secondaires est super. Tu auras sûrement l'occasion de les étoffer dans la section Personnages. Cependant il y a quelques incohérences qu'on va pouvoir corriger facilement.

Premier point qui était obscur : les héritiers du Roi du Nord se trouvent tous à Maethelburg, qui est la capitale du Val d'Anduin. Ils portent encore le titre de Roi du Nord.

Cependant pour l'ombre royale, dont parle Tanael, le prince du Nord Birusmavi (mon personnage, avant de prendre le nom royal de Neithan) a bel et bien vadrouillé à l'Est de la Forêt Noire, sous couverture, par intermittence entre ses 17 et 20 ans, dans un des corps de partisans tels que le tien, donc ils peuvent parler de cette rumeur. Ca fait que tu n'as pas grand chose à modifier.
Kelron Enoras a écrit:
« C'est sérieux, ces conneries ?! s'exclama Derian Cillier, un soldat talentueux proche de Denoris.
– Écoutes, on a fait trois villages, et ils ont tous parlé d'un descendant royal. répondit Tanael Banworce, un ancien mercenaire qui s'est rallié à Kelron après avoir été blessé pendant deux mois.
– Conneries, l'Empire a du s'amuser avec la famille royale de l'époque. supposa Aethran, originaire du grand nord..
– J'avoue que je suis d'accord avec Aethran. intervint Kelron.
– Puis de toutes façons, le chercher prendrait du temps, s'il y en a un, il doit bien se cacher. Personne ne peut se permettre de savoir qu'un héritier rôde dans le royaume. ajouta Andran Dassel.
– Comment tu expliquerais que des fermiers prétendent connaître l'existence d'un héritier ? demanda Hornel Hecthorne, un des meilleurs combattants de la troupe.
– Tu les connais ces pécores : l'espoir fait vivre. On n'est prêt à croire à n'importe quelle bassesse pour espérer un retournement de situation, et finalement, à une victoire. lâcha Angirv Bedlar.
– M'ouais. Et à part un roi imaginaire, on a quoi d'autres ? demanda Kelron.
– Un nouveau pillage impérial, et trois nouvelles recrues, dont une femme, pour la première fois. répondit Denoris, las de ne pas pouvoir discuter de sujet sérieux avec les autres.
– À la bonne heure ! Amenez-les nous. »

Notre topic de RP pourra t'aider : http://lsdarpg.forumactif.org/t114-amon-lanc-une-rencontre-aux-flambeaux#440
Notamment ce passage:
 
A l'époque de ton RP, Birusmavi n'était pas encore Roi, mais Prince du Nord.

Kelron Enoras a écrit:
Kelron, lui, avait un pavois attaché aux sacoches de son cheval frappé du symbole du Royaume du Nord, un cadeau de son père
Ah ah, un choix dangereux que de se balader au grand jour avec notre blason en terre impériale Razz
Spoiler:
 

Kelron Enoras a écrit:
Mais il n'eut le temps d'attaquer car Morvran lui faucha les jambes, le faisant hurler de douleur. Azeron eut l'idée de prendre l'équipement de tout les soldats, afin de renforcer les possibilités sur la région. Kelron, lui, eut une idée beaucoup plus morbides : décapiter tout les soldats et empaler leurs têtes autour du village.
Il faut voir si la population voit ça d'un bon oeil, c'est une déclaration de guerre en bonne et due forme. En faisant ça tu les condamnes à une répression sanglante assurée.

Dernier point : ta signature est un peu trop large, elle déforme le forum Wink

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Troisième Maréchal de la Marche
Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Localisation : Chartres

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 12:32

Neithan a écrit:
Kelron Enoras a écrit:
   Mais il n'eut le temps d'attaquer car Morvran lui faucha les jambes, le faisant hurler de douleur. Azeron eut l'idée de prendre l'équipement de tout les soldats, afin de renforcer les possibilités sur la région. Kelron, lui, eut une idée beaucoup plus morbides : décapiter tout les soldats et empaler leurs têtes autour du village.

Il faut voir si la population voit ça d'un bon oeil, c'est une déclaration de guerre en bonne et due forme. En faisant ça tu les condamnes à une répression sanglante assurée.

Il ne l'a pas fait. Morvran avait dit que c'était une mauvaise idée. Il a juste brûlé les cadavres, après les avoir dépouillés. À moins que tu ne prêtes attention au fait, justement, que mes persos les ont dépouillés ?


Le coup du bouclier, c'est une erreur que j'ai oublié de retirer, merci de me la rappeler Smile


Par contre, pour le deuxième point, je ne suis pas sûr d'avoir compris où j'ai fauté… À moins que ce soit parce que j'ai dit que la famille royale a été massacrée par l'Empire (c'est ce qui est sous-entendu dans le "s'amuser") alors que ce n'est pas le cas ? Ou alors c'est juste par rapport au vocabulaire  roi-prince ?

_________________
Maréchal Eorlund de la Marche, Troisième du Nom, de Ronstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Empereur de la Terre du Milieu
Messages : 78
Date d'inscription : 23/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 5050
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 15:17

Dsl j'ai dû mal lire Razz

Bah tu parles du Roi du Nord comme si c'était une légende, alors que c'est bien connu de tous, et surtout de l'Empire, qu'il réside au Val d'Anduin. Pour remplacer cette rumeur qui est le fil rouge de ton début de texte, je te propose de parler du prince du Nord, qui se baladait à cette époque dans ta région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Mi-Cuit
Messages : 28
Date d'inscription : 19/06/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Soldat
▌Prestige : 100
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 15:41

Bonjour,

Bienvenue,

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef de la Maison de Volmark ¤ Le Colosse
Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 15:45

Tu t'es surpassé fréro ! Bienvenue le northmen !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Troisième Maréchal de la Marche
Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Localisation : Chartres

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 18:36

Ah ok d'accord ! Tout simplement, je corrige ça de suite !

_________________
Maréchal Eorlund de la Marche, Troisième du Nom, de Ronstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Troisième Maréchal de la Marche
Messages : 59
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Localisation : Chartres

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   Jeu 7 Juil - 19:45

Désolé pour DP ! Je préviens juste que les modifs sont faites !

_________________
Maréchal Eorlund de la Marche, Troisième du Nom, de Ronstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et pouf, on repart de zéro ! Voici Kelron Enoras !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Chroniques de la Dagor Dagorath :: Registre des Présentations :: ♦ Fiches validées-