Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 Histoire sans fin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 143
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Ven 24 Juin - 20:29

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 126
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 25 Juin - 5:41

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 143
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 25 Juin - 11:33

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Auteur du Nouveau Livre Rouge
Messages : 285
Date d'inscription : 08/02/2016
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 25 Juin - 11:50

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 143
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Sam 25 Juin - 13:06

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 126
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mar 28 Juin - 2:41

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux.

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 143
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mar 28 Juin - 15:19

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 126
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mer 29 Juin - 2:46

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade.

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 143
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mer 29 Juin - 3:07

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 126
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mer 29 Juin - 3:35

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ? [Passage censuré]

Asmund et Robinund s'enfuyaient à cheval sur la route, ils l'avaient vraiment échappé belle : Denis, grâce à sa puissance phénoménale, les avait sortis du pétrin. Asmund en tremblait encore. Ils finirent par s'arrêter pour dormir. Alors qu'ils s'enfonçaient dans le sous-bois, ils aperçurent Shéogorath à travers les branches d'un buisson. Asmund murmura : "Mais que fait-il si loin de Tamriel ?"

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Intendant ¤ Prince d'Ithilien
Messages : 143
Date d'inscription : 24/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2700
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mer 29 Juin - 4:14

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ? [Passage censuré]

Asmund et Robinund s'enfuyaient à cheval sur la route, ils l'avaient vraiment échappé belle : Denis, grâce à sa puissance phénoménale, les avait sortis du pétrin. Asmund en tremblait encore. Ils finirent par s'arrêter pour dormir. Alors qu'ils s'enfonçaient dans le sous-bois, ils aperçurent Shéogorath à travers les branches d'un buisson. Asmund murmura : "Mais que fait-il si loin de Tamriel ?". Robinund se frotta les yeux et lui répondit : "Sans doute la puissance de Denis a attiré ce deadra"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Empereur de la Terre du Milieu
Messages : 78
Date d'inscription : 23/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 5050
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 4 Juil - 15:53

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ? [Passage censuré]

Asmund et Robinund s'enfuyaient à cheval sur la route, ils l'avaient vraiment échappé belle : Denis, grâce à sa puissance phénoménale, les avait sortis du pétrin. Asmund en tremblait encore. Ils finirent par s'arrêter pour dormir. Alors qu'ils s'enfonçaient dans le sous-bois, ils aperçurent Shéogorath à travers les branches d'un buisson. Asmund murmura : "Mais que fait-il si loin de Tamriel ?". Robinund se frotta les yeux et lui répondit : "Sans doute la puissance de Denis a attiré ce deadra." Asmund regarda son frère avec des yeux écarquillés : c'était la première qu'il l'entendait dire une parole intelligente. La puissance de Denis était en lui. Asmund donna un pied au cul à Robinund qui fut jeté hors du buisson, dans la clairière. Asmund suivit juste derrière, le torse bombé, le regard fier, sûr de son coup : "Grand dieu, nous réclamons nos trois voeux !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef de la Maison de Volmark ¤ Le Colosse
Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Lun 4 Juil - 17:29

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ? [Passage censuré]

Asmund et Robinund s'enfuyaient à cheval sur la route, ils l'avaient vraiment échappé belle : Denis, grâce à sa puissance phénoménale, les avait sortis du pétrin. Asmund en tremblait encore. Ils finirent par s'arrêter pour dormir. Alors qu'ils s'enfonçaient dans le sous-bois, ils aperçurent Shéogorath à travers les branches d'un buisson. Asmund murmura : "Mais que fait-il si loin de Tamriel ?". Robinund se frotta les yeux et lui répondit : "Sans doute la puissance de Denis a attiré ce deadra." Asmund regarda son frère avec des yeux écarquillés : c'était la première qu'il l'entendait dire une parole intelligente. La puissance de Denis était en lui. Asmund donna un pied au cul à Robinund qui fut jeté hors du buisson, dans la clairière. Asmund suivit juste derrière, le torse bombé, le regard fier, sûr de son coup : "Grand dieu, nous réclamons nos trois voeux !".

Shéogorath observa les deux nouveaux arrivants avec un air de malice, il rigola à la réclamation d'Asmund et lui répondit : "Je vous offrirais trois voeux si vous répondez à mon énigme : Qui a quatre pattes le matin, deux pattes le midi et trois pattes le soir ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 126
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Mer 6 Juil - 23:06

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ? [Passage censuré]

Asmund et Robinund s'enfuyaient à cheval sur la route, ils l'avaient vraiment échappé belle : Denis, grâce à sa puissance phénoménale, les avait sortis du pétrin. Asmund en tremblait encore. Ils finirent par s'arrêter pour dormir. Alors qu'ils s'enfonçaient dans le sous-bois, ils aperçurent Shéogorath à travers les branches d'un buisson. Asmund murmura : "Mais que fait-il si loin de Tamriel ?". Robinund se frotta les yeux et lui répondit : "Sans doute la puissance de Denis a attiré ce deadra." Asmund regarda son frère avec des yeux écarquillés : c'était la première qu'il l'entendait dire une parole intelligente. La puissance de Denis était en lui. Asmund donna un pied au cul à Robinund qui fut jeté hors du buisson, dans la clairière. Asmund suivit juste derrière, le torse bombé, le regard fier, sûr de son coup : "Grand dieu, nous réclamons nos trois voeux !".

Shéogorath observa les deux nouveaux arrivants avec un air de malice, il rigola à la réclamation d'Asmund et lui répondit : "Je vous offrirais trois voeux si vous répondez à mon énigme : Qui a quatre pattes le matin, deux pattes le midi et trois pattes le soir ?"
Asmund regarda Robinund avec panique. Il faisait une énorme grimace. "C'est plus difficile que le cul de chouette."

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef de la Maison de Volmark ¤ Le Colosse
Messages : 18
Date d'inscription : 24/06/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 200
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   Jeu 7 Juil - 0:22

Asmund et Robinund marchaient tranquillement sur la route d'Edoras lorsqu'ils aperçurent au loin une bien belle demoiselle. Les deux compères s'approchèrent de la demoiselle, et celle-ci se retourna : c'était Imrapabelle. Les deux frères ne purent s'empêcher de grimacer face à la laideur de la concierge du Hasharii Bourré. Asmund, un peu simplet d'esprit, mit ses mains devant ses yeux pour ne pas qu'ils brûlent. Les deux frères rentrèrent dans la taverne en ne disant mot.

Arrivant au Bar, Robinund s'adressa au tavernier "Ola mon bon Nimrukun, deux tonneaux de bière et sept jambonneaux !". A ce moment là Nimrukun claqua dans ses mains et huit esclaves nains apportèrent la bière et les jambonneaux. Le bon barman leur avait accordé une place de choix dans le coin VIP de son établissement. Grâce à ces privilèges, les deux hommes furent rapidement rejoints par les plus belles femmes de l'établissement, Aranisse et Héliconne en tête. Héliconne s'assit sur les genoux de Robinund et Aranisse sur les genoux d'Asmund, Elles embrassèrent chacun leur amant, et se mirent à raconter leurs aventures depuis la dernière fois qu'elles les avaient vus. Au bout d'un moment, Nimrukun vint s'asseoir à leur table, et leur proposa un cul de chouette. C'est alors qu'Imrapabelle entra dans la taverne et s'exclama:

- Nimrukun, une cargaison d'herbe de la Comté vient d'arriver via Isengard! Va décharger tout ça, mon mignon, dit-elle avec un sourire qui donna la chair de poule à la moitié des clients du Bar.

Asmund fit un regard dégouté en voyant la tronche d'Imrapabelle et eut un rot de désapprobation. Plusieurs habitués lui lancèrent leurs déchets à la figure. Nimrukun gueula : "Vas-y toi même vieille catin, tu ne vois pas que je fais un cul de chouette avec mes meilleurs amis ?"

Les deux frères ricanèrent face à la remarque de leur vieil ami et Imrapabelle grogna : "C'est bien parce que je t'aime mon amour" lui dit-elle en mimant un baiser qui fit s'évanouir l'un des hommes accoudé au bar.

Ce bonhomme ivre n'était autre que Jean Lupus, maître en coups de pute et révolutionnaire de la vieille cité d'Umbar. Si Jean Lupus était là, cela voulait dire que les marins Hélicon, Tauro et Miraev étaient dans le coin. Ils apparurent en effet un peu plus loin accompagnés du riche marchand Aranir et de plusieurs dames de plaisir, heureusement pour eux, car arrivés quelques minutes plus tôt, Imrapabelle aurait fait passée toute envie de copuler chez ces gaillards.
Lorsqu'Asmund vit Aranir, il se leva pour lui péter la tronche en faisant signe à Robinund de le suivre. Le riche marchand les avait entubés il y avait quelques mois en leur faisant croire que les épées qu'il leur vendait, en acier, étaient en mithril. Certes, les deux frères, Dunlendings, n'avaient pas l'air futés, mais on ne roulait pas un Dunlending dans la farine indéfiniment. En effet, le marchand avait besoin d'argent pour financer Jean Lupus et ses arnaques étaient courantes, il tenta de se défendre : "Allons mes braves gaillards, je peux vous offrir des épées en acier valarien ! Forgées par Aulë lui même !"

A ces mots Asmund regarda Robinund, interloqué. Disait-il vrai ?
"- On veut les voir d'abord !"
Un sourire se dessina sur le visage du marchand alors qu'il faisait venir deux lames enveloppées de tissu, il les dévoila pour révéler deux épées qui brillaient de milles feux :
"Vous voyez ! C'est une vraie !"
Asmund et Robinund prirent chacun une épée dans la main. Asmund fit une moue satisfaite, puis les deux frères charcutèrent la tronche de ce salopard d'Aranir, sous le regard ahuri de Nimrukun. Un premier coup d'épée vint heurter le torse du marchand qui s'effondra en pissant le sang mais n'était pas encore mort et plusieurs hommes de la taverne se levèrent pour défendre leur patron.
Sentant que la situation allait vite s'envenimer, Asmund et Robinund s'enfuir de la taverne, fuyant à travers la nuit. La moitié de la taverne courut à leurs trousses. Une grande partie était cependant des demoiselles qui n'en avaient pas fini avec eux. Alors qu'ils courraient, Robinund repéra une porte laissée entrouverte et pensa avoir trouvé un échappatoire, il fit signe à son frère de le suivre et les deux se jetèrent à l'intérieur de la bâtisse. Malheureusement, ils venaient de pénétrer dans un bordel et aux demoiselles de la taverne se joignirent les putains, encerclant les pauvres malheureux ! Autant dire que les malheureux finirent sans le sou et comblés, tandis qu'Aranir et ses compagnons les cherchaient toujours pour se venger de l'estocade. Alors que Robinund et Asmund fuyaient sans cesse, évitant les hommes d'Aranir, ils furent finalement acculés et sans échappatoire. Alors que tout semblait perdu, Robinund eut une sensation au niveau de l'entrejambe, Denis tentait de communiquer ? [Passage censuré]

Asmund et Robinund s'enfuyaient à cheval sur la route, ils l'avaient vraiment échappé belle : Denis, grâce à sa puissance phénoménale, les avait sortis du pétrin. Asmund en tremblait encore. Ils finirent par s'arrêter pour dormir. Alors qu'ils s'enfonçaient dans le sous-bois, ils aperçurent Shéogorath à travers les branches d'un buisson. Asmund murmura : "Mais que fait-il si loin de Tamriel ?". Robinund se frotta les yeux et lui répondit : "Sans doute la puissance de Denis a attiré ce deadra." Asmund regarda son frère avec des yeux écarquillés : c'était la première qu'il l'entendait dire une parole intelligente. La puissance de Denis était en lui. Asmund donna un pied au cul à Robinund qui fut jeté hors du buisson, dans la clairière. Asmund suivit juste derrière, le torse bombé, le regard fier, sûr de son coup : "Grand dieu, nous réclamons nos trois voeux !".

Shéogorath observa les deux nouveaux arrivants avec un air de malice, il rigola à la réclamation d'Asmund et lui répondit : "Je vous offrirais trois voeux si vous répondez à mon énigme : Qui a quatre pattes le matin, deux pattes le midi et trois pattes le soir ?"
Asmund regarda Robinund avec panique. Il faisait une énorme grimace. "C'est plus difficile que le cul de chouette." Asmund ne trouva nul réconfort chez Robinund car ce dernier était tout aussi paniqué que lui, il chercha à droite et à gauche une réponse mais devant l'impasse, réagit comme son instinct le lui demandait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Histoire sans fin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire sans fin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Aux portes du Jeu :: Communauté :: ♦ Jeux & Concours-