Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 Eomund de Dunlenbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Quatrième Maréchal de la Marche
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 400
MessageSujet: Eomund de Dunlenbourg    Sam 27 Fév - 17:25

550 de large
Eomund le Jeune


   

Présentation
Âge 35 ans.
   Peuple Métisse Rohirrim.
   Lieu de naissance Dunlenbourg.
   Localisation Fort Elfwine.
   Allégeance Royaume des Deux-Marches.
   Rang Quatrième Maréchal de la Marche.
   Parenté et personnes proches Wùlf et Alric, ses deux frères. Alvena, sa femme, Cenric et Dreda, ses enfants.
   ----------------------------------------------------------
   Mon prénom Dark Eomer.
   Mon âge 19 ans.
   Comment j'ai connu ce forum Harcèlement sur skype.
   Je fais du RP depuis 2009.
   

   
http://img4.hostingpics.net/pics/567489eomund.png
   



   
100x100
100x100
100x100

   
Background

  Du haut des remparts du fort Elfwine, Eomund observait la campagne plaisible, les contreforts des Monts Brumeux, humides, et les plaines endormies s'étendant à leurs pieds. Une légère brume planait sur cette froide matinée. Le soleil pointait timidement son nez à l'horizon, baignant ce paysage dans une lueur ocre. En contrebas, des silhouettes simiesques s'affairaient. Des caravanes ravitaillaient le fort, des soldats revenaient de leur patrouille. Plus loin encore, minuscules, presque inexistantes à l'oeil humain, de petites formes brunes s'affairaient dans les fermes. Le jour se levait, la vie reprenait avec lui. La nuit avait été calme, et comme toujours, le Maréchal de Dùn se levait à l'aube. Il avait peu mangé, songeur. Quelques tranches de pain, de la viande froide et des fruits. Son esprit était comme souvent occupé par des rêves plus que par des songes. Ceux d'un royaume glorieux, triomphant, craints de ses ennemis, apprécié de ses alliés et admiré par son peuple. Bien sûr, les Deux-Marches étaient sur la bonne voie. Mais Eomund trouvait la couronne trop molle. Trop passive. Les Jarls n'étaient pas tous des hommes compétents, et le Maréchal s'étonnait de la nomination de certains : inactifs, richissimes et obèses, ils se laissaient vivre et jouir dans leur confort immérité, n'oeuvrant à rien si ce n'est à grossir et devenir plus oisif jour après jour.

Pourtant, il fallait l'avouer, le pays avait bien changé. L'Enedwaith en était la preuve. Contrées sauvages, à la terre imprégnée de sang et de légendes obscures. La brume de ce matin reflétait l'histoire de ce pays qui était la plus récente acquisition de la couronne rohirrim : incertaine. Eomund était lié à cette histoire par son sang. Celui-ci même qui était le lien entre le Rohan et Dùn. Une trace du passé, abreuvant son corps, et une promesse d'avenir. Il tourna légèrement son regard, découvrant Dunlenbourg à travers la brume. Au loin, elle aussi s'étirait. Il entendait presque le son des cloches, le brouhaha du marché et le bruit des chevaux sur les rues pavées. Une fumée blanche indiquait à l'horizon la position de la cité. Les manufactures des corporations d'artisans fonctionnait déjà pleinement. Les forges et les teinturiers, les scieries et toutes les étables imaginables... Que le Fort paraissait ennuyant à côté. Il fit demi-tour, s'appuyant contre le muret en face de lui, qui donnait quant à lui dans la cour principale. Le chant du fer qui se croise se mêlait à celui des oiseaux s'éveillant. Des soldats s'entraînaient, d'autres aiguisaient leurs lames. Des commerçants échangeaient avec les intendants et négociaient vivement. Un gueux passait le balais près des écuries, tandis que le palefrenier brossait les destriers. Oh oui... Le pays avait bien changé. Et les Valar savaient à quel point Eomund l'aimait.

Il était le fils aîné d'une fratrie de trois frères. Quatre enfants métisses, issus de l'union d'une rohirrim et d'un métisse de Dùn. Deux familles nobles, l'une de Dunlenbourg, l'autre d'Edoras. Sa mère venait d'une famille de petite noblesse, qui fréquentait la cour royale depuis des générations, son grand-père vantant sa lignée d'avoir côtoyé Eorl en son temps. Quant à son père, il n'était autre que le descendant d'un émérite chef de guerre dunlending. Le clan, avec le temps et la conquête rohirrim, s'était transformée en lignée noble, adoubée par la couronne, comme la plupart des notables dunlending, pour les appâter et leur fait goûter aux avantages de la loyauté. Historiquement, la famille fut particulièrement impliquée dans la garde de Dunlenbourg et nombre d'hommes furent capitaine du guet de la cité, d'autres des officiers royaux dans l'armée. Une tradition militaire bien ancrée. L'aîné devait toujours être voué au maniement des armes, tandis que les autres fils devaient se tourner vers l'artisanat ou l'élevage. Mais il n'était pas rare que tous les fils ne deviennent soldat, avec plus ou moins de réussite.

Son père était le Capitaine de la Garde de Dunlenbourg et dédiait son fils aîné dès sa naissance à embrasser une carrière militaire. Quant à ses deux frères, Wùlf devint un membre important de la Corporation des Forges, tandis qu'Alric devenait Capitaine du Guet, place qu'avait occupé Eomund avant lui. En effet, le militaire eut une carrière qui connu une ascension exceptionnelle de par sa rapidité. Formé aux armes par son père, il devint écuyer du Jarl Alfric à 8 ans. Cela ne dura pas longtemps. Fougueux, le jeune garçon remplit ses obligations auprès de celui-ci avant de demander à son père de changer de main. Le poste était trop ennuyant, Alfric n'était guère un guerrier mais un politicien aguerris. Eomund apprit en l'observant, mais il désirait connaître la vie de soldat. Son père l'envoya alors à Baranburg, où il fut l'écuyer du Commandant Sandor. Un homme remarquable, d'une fière stature. Il lui apprit à se battre comme un lien et chevaucher comme nul autre. Une fois l'âge de l'apprentissage finis, Eomund revint à Dunlenbourg et il intégra le Guet comme officier, du fait de sa stature. Il fit rapidement ses preuves en capitaine exemplaire et en bretteur de talent. Ses descentes dans les quartiers les plus malfamés de la ville restent ancrés dans les mémoires du crime local. Alors que lui-même devenait Capitaine du Guet, son père devenait Maréchal de la Marche après des années de bons et loyaux services à Dunlenbourg, la principale cité de l'Ouest. Son prédécesseur était désormais trop vieux et sénile pour ne serait-ce que monter à cheval ou diriger des hommes. Lui était encore dans la force de l'âge, et de haute lignée. L'influence de sa famille dans la région était indéniable. Il était l'homme tout désigné de la situation, pour la couronne, qui souhaitait toujours se rapprocher de la politique local. En plaçant un homme de la région à un poste si prestigieux, le Roi renforcerait sa popularité dans cette Marche. Cette famille était notamment loyale depuis plusieurs générations à la couronne et avait autrefois contribué à purger Dùn de ses traîtres et conspirateurs. Nombreux étaient les ancêtres d'Eomund et son père ayant servis la couronne, dans l'armée comme au conseil royal ou au tribunal. Mais jamais aucun n'avait été Maréchal. C'était une grande première. Mais il ne serait pas le dernier.

Eomund prit alors la tête de la garde de Dunlenbourg et ce avec succès. Il commençait alors à se faire connaître comme un homme juste mais dur et aux sanctions sévères. Ses désaccords avec les Jarl au cours de son service furent légions, et pourtant il demeurait en place, considéré comme un homme de valeur et de confiance. Intrépide, meneur d'homme et tête brûlée, le peuple apprit à l'apprécier notamment grâce à sa proximité avec celui-ci, qui naquit durant cette période où il vivait et travaillait dans la cité. Il connu néanmoins une période difficile et particulièrement sanglante avec la résurgence de troubles indépendantistes qui furent matés avec une violence marquante, mais qui firent connaître son nom au Roi plus que comme un simple officier.

Les années passèrent et son père vieillissait. Bientôt il tomba malade et souffla au roi qu'il était temps pour lui de se retirer. La couronne était réticente, il avait été de bon conseil et excellent militaire. Le nom de son fils fut alors évoqué, et ce dernier fut appelé à la Garde Royale pour faire ses preuves. Pendant quelques années il voua son épée au roi et fut en même temps formé, accédant à une formation plus poussée, à Edoras. Quand son père fut trop malade pour exercer sa charge, Eomund le Jeune fut naturellement nommé à sa place. Cela fit émoi auprès de quelques nobles d'Edoras qui se voyaient mieux à sa place. Eomund n'était pas connu à l'Est si ce n'est que comme le fils d'un brillant militaire, et il devait faire ses preuves. Si sa famille ne s'était pas autant rapprochée de la couronne, il aurait certainement été évincé dès sa nomination. Mais il avait plus d'un tour dans son sac et était un homme coriace.

Son père le conseilla les dernières années de sa vie, et Eomund prit très rapidement le pas. Rigoureux et sévère il su s'intégrer aux plus hautes sphères militaires et s'y affirma rapidement comme leur renouveau. Jeune, ambitieux et valeureux, il fut finalement apprécié de tous en quelques mois. Quant à son fief, il sut y faire régner l'ordre et discipline en modernisant ses garnisons et s'assurant de l'entretien de leurs postes. Les forts furent entretenus et de nombreux chantiers pour en restaurer entamés, notamment aux confins Nords et Suds de l'Enedwaith. Le Fort Elfwine redevint une véritable forteresse montagnarde tandis qu'il entreprit une grande campagne de pacification des campagnes en organisant de grandes purges pour éliminer les bandes de brigands entravant le commerce intensif, notamment près de la Trouée du Rohan. Il multiplia les faits d'arme et les prises de position ambitieuses et sans concessions jusqu'à devenir le Maréchal respecté qu'il est aujourd'hui.

Renommé, il prit la main d'Alvena, de haute noblesse, fille du Jarl d'Aldburg et frère du Maréchal du Folde, qui lui donna deux enfants, son fils et sa fille, la prunelle de ses yeux, pour lesquels il rêve d'aider à bâtir un royaume sain, en paix et glorieux.
   




   
Apparence

   Comme de nombreuses lignées issues de l'Enedwaith et plus particulièrement de la région de Dùn, celle d'Eomund est métisse. Les rapports étroits entre les Marches originelles et les nouvelles conquêtes du Rohan ont fait naître de nouvelles familles nobles, pour la plupart issues des familles de notables qui régnaient avant l'arrivée des rohirrims. À Dunlenbourg en particulier, ces métissages sont particulièrement nombreux. Dans la cité principale de l'Enedwaith, les métisses représentent une grande partie de la population, donnant une espèce d'homme bien particulière, au sang mêlé, entre celui des guerriers de Dùn et des cavaliers du Rohan. On les appelle rohirrim, comme tout autres, mais leur peuple est reconnaissable entre tous, pour peu que l'on connaisse les Deux-Marches un tant soit peu. Ils ont les cheveux foncés et le poil dru, la plupart portent la barbe, et ce dès la fin de l'adolescence. Plus velus que leurs compatriotes de l'Est, ils sont aussi en général plus petits mais plus trapus, épais et aux muscles noueux. Leur peau, plus foncée et leur menton carré finit de les distinguer des rohirrims, dont ils ont gardés les yeux clairs et la posture. Eomund est l'un de ceux-là, fier métisse. Ses aïeux paternels étaient des gens de Dùn, farouches guerriers, courts sur pattes mais robustes et indomptables. Quant à sa mère, elle est issue d'une vieille famille de la noblesse d'Edoras, fréquentant la cour royale depuis l'époque d'Eorl. Son père est lui-même métisse tandis que sa mère est un pur produit du Riddermark, femme blonde aux yeux clairs et à la peau laiteuse. Leur fils aîné a hérité de la taille de sa mère, dominant de peu son père, sans pour autant être un géant, son buste solide est niché en haut de jambes tout aussi robustes, et assez longues pour qu'il domine de quelques centimètres la plupart de ses hommes.

Versé dans la maîtrise des armes et le domaine martial depuis son plus jeune âge, Eomund suit un entraînement rigoureux depuis des années. Dès qu'il devint écuyer et fit ses armes comme le veut la tradition pour le fils dédié à une carrière militaire, il commença un entraînement physique quotidien qu'il continue encore aujourd'hui. Cette rigueur militaire couplée à une carrure naturellement faite pour le combat, héritée de son père, l'a doté d'un corps athlétique et puissant. Il n'est pas pour autant une montagne ou un colosse de chair, et son corps est équilibré, ses muscles saillants mais proportionnels à sa taille et ne le gênant en rien pour monter à cheval. Sa peau est un peu plus sombre que celle des gens de l'Est du Royaume, sans pour autant être mat, bien qu'elle fonce facilement au soleil. Ses cheveux sont épais et d'un brun profond, tout comme sa barbe, qu'il porte en un bouc ébouriffé et grisonnant. Dans ses cheveux longs se glissent quelques cheveux blancs et gris, de manière prématurée, annonçant avant l'heure l'âge où la fougue se fane.

Niché entre ses traits burinés et ses arcades sourcilières prononcées, deux yeux d'un bleu terne observent le monde, habillés d'une cicatrice à l'arcade droite. Ses lèvres épaisses et son nez légèrement élancé lui donne une allure d'aventurier qui n'est chassée que par sa posture noble et son habit. Son regard semble parfois triste, d'un bleu pluvieux, mais son allure fière et son visage dur ne cesse de rappeler sa fierté et son pragmatisme, au cœur duquel repose un certains idéalisme.

Chacun de ses mouvements semble mesuré, tandis qu'il agit avec une fougue sans cesse maîtrisée. La maîtrise de soit transparaît dans sa façon de se mouvoir, mais l'on devine la tempête qui ne demande qu'à éclater. Et cela se ressent dans ses colères comme sur le champs de bataille. Guerrier téméraire et talentueux, on le reconnaît comme l'un des meilleurs bretteurs siégeant parmi les Maréchaux. Il combat à l'épée plus qu'avec toute arme, et rajoute volontiers à sa lame un écu léger. Il méprise la masse et la hache, dont le spectacle est bien moins noble, et chasse à l'arc bien qu'il n'excelle pas dans le tir. La lance reste son arme de jet de prédilection, autant à cheval qu'à la chasse.

D'ailleurs, si quelque chose le rapproche des rohirrims, c'est bien la cavalerie. Passionné par l'élevage et l'équitation, il possède un élevage de mearas près d'Aldburg, où il se repose quand il le peut. Excellent fantassin, il ne démérite pas une fois sur sa monture. Adroit et fougueux comme la jument qui l'emmène au combat, le bruit court parmi ses hommes qu'aucun n'aurait jamais réussis à le désarçonner. Rumeur renforcée par le fait qu'Eomund n'ait jamais participé à aucun tournoi, et n'y a donc jamais été défait publiquement. Ce genre de rumeurs lui profite, nourrissant l'aura impressionnante que lui prête ses soldats et particulièrement les plus jeunes, ainsi que le respect qu'ils lui vouent.

Pour ce qui est du style vestimentaire, quand il ne porte pas son armure de Maréchal, il paraît le plus souvent en tunique sombres, de cuir de préférence, plutôt simples en vérité, mais accompagnées de capes pourpres, sur lesquelles sont brodées les armoiries de l'Enedwaith ou des Deux-Marches. Quant à son écu, il porte l'emblème de sa lignée, hérité du clan de guerriers de Dùn qui l'a précédé des générations auparavant.  
   
Tempérament

   S'il est commun pour Eomund d'être surnommé le Jeune, du fait qu'il partage le même nom que son vieux père, il est aussi habitué à être appelé le Juste ou l'Impartial par le peuple de l'Enedwaith, notamment aux alentours de Dunlenbourg. En effet, l'une de ses principales activités est de faire régner l'ordre dans l'Enedwaith, en dehors des villes, sous la responsabilité du Jarl et ses agents. Dans les campagnes, c'est à lui de traquer les brigands et autres criminels et maintenir l'ordre et la paix. C'est alors l'occasion d'observer sa rigueur martial, mise en œuvre pour remplir sa mission. Eomund est un homme répondant à un idéal de justice, une justice absolue n'épargnant personne mais étant particulièrement dure. Ses peines sont sévères et souvent radicales. N'ayant jamais été versé dans le droit, il applique ce qui régit son quotidien : la loi martial et ses carcans inamovibles. Les peines de mort sont légions et chacun des corps d'armée dépendant du Quatrième Maréchal de la Marche est réputé détenir une dizaine de bourreaux répartis sur son territoire. En collaboration avec les autorités civiles, il s'occupe donc de l'application de la justice en campagne, et les battues contre les brigands des grands chemins sont l'occasion rêvée d'entraîner ses troupes. Bien sûr il ne mène ces actions en personne que près du Fort Elfwine, sinon, ce sont ses différents officiers qui se chargent d'agir en son nom. Eomund ne tolère ni l'injustice, ni le vice des hommes, et le combat contre la criminalité est l'une de ses principales activités en temps de paix. Aimé du peuple grâce à l'ordre qui règne sur sa circonscription, il veille à entendre leurs réclamations et protéger leurs intérêts.

Ainsi, loin d'être stupide et ayant été élevé dans une famille noble, il a bien conscience de l'origine économique d'une bonne partie des problèmes de criminalité. Les forces militaires de l'Enedwaith étant parmi les plus importantes du royaume, elles ont de grands besoins et sont présentes dans de nombreuses institutions. Omniprésentes dans la Marche, c'est l'occasion de générer de nombreux emplois et éviter la précarité de nombreux citoyens. Un pacte entre le Jarl et le Maréchal a permis de créer de nombreux postes civils au service des forces armées, aussi bien dans les villes que dans la campagne.

Le métisse est en effet un homme dévoué et loyal, se donnant corps et âme à sa mission de Maréchal, allant même au-delà de ses obligations militaires, ce qui n'est toutefois pas toujours bien vu par le pouvoir central du royaume. Il est particulièrement impliqué dans la vie et l'organisation de l'Enedwaith, ou il est populaire et reconnu comme un bon et juste. Pourtant, il est loin d'être parfait, et sa notoriété publique ne recouvre pas toujours qui il est dans son intimité. Eomund est un faux-calme, de ceux qui parlent doucement et avec raison mais peuvent s'emporter à la moindre contrariété. Profondément patriote, il s'agace de l'inactivité de certains officiers de la couronne, et voudrait voir le pays se développer encore plus vite que ce qu'il ne connaît actuellement. Malgré la situation particulièrement opulente des Deux-Marches il reste ambitieux et voit toujours plus loin. C'est un homme têtu, campant sur ses positions. Il demeure enclin au débat mais ne se laisse pas facilement convaincre par les mots ou les idées, pragmatique, il a besoin de faits et de choses concrètes. Fougueux, il est prêt à se salir les mains pour la couronne et son pays. Certains nobles y voit un manque d'honneur, et le décrivent comme un paysan avec un nom, le jugeant trop proche de la plèbe. Pourtant, lui-même se considère comme un parangon de noblesse et méprise la lâcheté de certaines familles de Dùn embourgeoisées, ayant délaissées les disciplines martiales pour le commerce et l'opulence. Bien qu'il ne dévalorise pas les activités économiques, il est particulièrement attaché aux traditions familiales notamment celle dédiant un fils à l'armée. Certaines familles nobles se content de vivre dans le luxe, bouffis d'orgueil et obèses, profitant de leur rang pour rester béas. Il y voit une pure décadence, qui dessert son idéal élitiste du royaume. Il rève des Deux-Marches comme une puissance économique et militaire formidable, et pousse en permanence en ce sens lors des conseils royaux où les maréchaux sont rassemblés. Perçu comme ambitieux et trop influents, il a de nombreuses fois été remis à sa place lors de ses visites à Edoras mais ne perd pas pour autant en fougue. Indépendant et fier, nombreux sont ceux qui l'envient, tout comme ceux qui le détestent.

© Narja - Never-Utopia + Hélicon/Neithan

_________________


Dernière édition par Eomund le Jeune le Ven 17 Juin - 21:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Héritier de l'Empire ¤ Roi d'Arnor
Messages : 94
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Arnor

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Mar 31 Mai - 17:57

Du nouveau? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quatrième Maréchal de la Marche
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 400
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Ven 17 Juin - 15:47

Parle mieux

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi des Nains
Messages : 82
Date d'inscription : 03/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Ven 17 Juin - 15:55

C'est moi ou ça traine ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quatrième Maréchal de la Marche
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 400
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Ven 17 Juin - 17:24

Si si chef je viens de faire le physique Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Quatrième Maréchal de la Marche
Messages : 19
Date d'inscription : 26/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 400
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Ven 17 Juin - 21:22

Terminé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Empereur de la Terre du Milieu
Messages : 78
Date d'inscription : 23/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 5050
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Sam 18 Juin - 17:22

Bienvenue sur le forum beau gosse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Héritier de l'Empire ¤ Roi d'Arnor
Messages : 94
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Arnor

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    Sam 18 Juin - 23:44

Bon, j'valide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Eomund de Dunlenbourg    

Revenir en haut Aller en bas
 
Eomund de Dunlenbourg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Chroniques de la Dagor Dagorath :: Registre des Présentations :: ♦ Fiches validées-