Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 Le Roi de la forêt perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Roi du Nord ¤ Prote- cteur de Maethelburg
Messages : 122
Date d'inscription : 07/02/2016

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 1500
MessageSujet: Le Roi de la forêt perdue   Dim 8 Jan - 13:29

Nulle part ailleurs que dans le Vert-Bois on se demandait autant si le monde avait jamais été jeune, tant les arbres et les roches saillantes qui émergeaient de la terre ça et là semblaient âgés. Dans cette forêt qui respirait et murmurait avec la lenteur et le timbre rocailleux des vieillards, il était une troupe de jeunes gens dont le pas rapide contrastait avec l’inertie des lieux. Un jeune homme de seize ans, un duvet léger sur les joues, le regard vif, courait une lance à la main. Ses amis avaient réussi à blesser un sanglier. Birusmavi suivait sa trace à travers les fourrés, dont les ronces saillantes lui déchiraient les genoux. Ils avaient traqué le sanglier une bonne partie de la matinée, car ils avaient épuisé leurs provisions il y avait de cela trois jours. La faim les tenaillait.
Birusmavi finit par se retrouver au beau milieu d’une clairière, et ses yeux bruns furent assaillis par l’éclair lumineux. Il était midi, le soleil était à son zénith. Quand le jeune homme pût de nouveau voir, il vit que le sanglier s’était effondré sur le côté, respirant bruyamment, au beau milieu de la clairière. Il s’approcha lentement de la bête, sa lance à la main. La créature pourrait se relever et le tuer à tout moment. Il avait vu un ami périr de la sorte un jour, par ce genre de maladresse. Birusmavi était fougueux, certes, mais il demeurait un prudent tacticien quand il le fallait. Il planta sa lance dans la gorge de l’animal, qui lâcha un dernier couinement. La bête était vaincue.
Birusmavi souleva le sanglier pour le porter sur son épaule, émettant un grand cri sous l’effort. Le jeune homme avoisinait déjà les deux mètres, la taille d’un ours adolescent. Mais le jeune prince était encore plus féroce qu’un ours. En marchant d’un pas lent sous le poids de l’animal, Birusmavi se sentit comme le roi de la forêt. Il se sentait seul, détaché du monde des hommes, dans un espace hors du monde où la civilisation faisait silence, mais où la forêt s’exprimait à grand bruit. Bientôt Birusmavi eût l’impression de tourner en rond. N’était-il pas déjà passé par là ? Où étaient ses amis ? Il se mit à crier. Il s’arrêta pour faire une pause quelques minutes, déposant l’animal mort contre le tronc d’un arbre. Avant qu’il ne puisse se rendre compte qu’il somnolait, le jeune prince s’endormit. Lorsqu’il se réveilla, une épée longue et effilée lui caressait la joue. Un homme au visage lisse la tenait, mais bien vite Birusmavi se rendit compte que ce n’était pas un homme, mais un elfe. L’elfe avait un regard vif, mais ses yeux semblaient aussi profonds et âgés que la forêt. Ses oreilles en forme de feuille dépassaient de sa longue chevelure brune.
« - Tu es dans le royaume de Thranduil, Béornide. Braconner sur ses terres est un crime. Par ordre du roi, je t’arrête pour te présenter à la justice royale. »
Birusmavi rit avec éclat. Mais son rire mourut quand il vit que l’elfe était resté impassible. C’était l’une des sentinelles de la garde de Thranduil, roi des Sindar et des Nandor, dernier monarque elfe des Terres du Milieu. Amusé, Birusmavi se releva, laissant ses mains en évidence avec un mince sourire aux lèvres. Les jours sombres devaient avoir laissé les elfes dans un état d’ennui mortel pour que les sentinelles de Thranduil s’occupent de traquer les braconneurs.
« - Soit, amène-moi au juge royal. Je répondrai de mon crime. »
L’elfe fut stupéfait de cette absence de résistance, mais reprit bien vite sa mine impassible. Ils marchèrent pendant une heure, peut-être plus, dans le crépuscule qui recouvrait la forêt peu à peu. La nuit tombait très vite sous la canopée des arbres. Au bout d’un moment l’elfe lui banda les yeux, le guidant pendant encore une demi-heure, du moins semblait-il au jeune prince. Lorsqu’il put rouvrir les yeux, Birusmavi était devant une porte close, face à un huissier, un elfe aux cheveux blonds et à la mine austère.
« - Quel est votre nom ?
- Birusmavi de la maison de Beorn. Je suis prince du Royaume du Nord. On me nomme aussi le Valentinois.
- Détachez-le et faites-le entrer ! »

Le jeune prince s'était redressé, toisant les elfes qui lui ouvraient la porte comme un monarque en visite. Il avait, cependant, toujours l'allure du forestier le plus souillé.

_________________



"Allons chercher l'ennemi :
Si je recule, tuez-moi ;
Si j'avance, suivez-moi ;
Si je meurs, vengez-moi !
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 05/01/2017
MessageSujet: Re: Le Roi de la forêt perdue   Mer 25 Jan - 17:59

Où allons nous ? En voilà une question, n'es-ce pas ? C'est à cette question que j'ai passé des siècles à chercher la réponse. De tous temps, nous autres, Elfes, avons pensé que nous étions condamnés à l'exil, que tôt ou tard, nous rentrions auprès dans le Grand Ouest. Depuis mon départ de Doriath, je n'ai jamais vraiment regardé derrière moi, car ce que j'ai trouvé en venant dans Vert-Bois dépassait tout ce que nous souhaitions, mon Père Oropher et moi. Des années de paix se sont succédé, des siècles de paix où notre peuple a prospéré. Mais rapidement, la destruction de Doriath par les nains nous est arrivé, emplissant notre cœur de tristesse et de détresses. Quelques survivants, ont fini par trouver refuge dans notre forêt, mais peu survécurent.

Quelques années plus tard, mon Père trouva la mort aux Portes Noires, puis, des siècles après ma femme trouva, elle aussi, un triste sort. Mon fils, lui, partit pour Aman pour ne jamais revenir. Tout me laissait à penser, que mon destin, ainsi que celui de tout mon peuple, était de partir à notre tour. Mais jamais, nous nous décidâmes à partir, car après tout, c'était un voyage à sens unique et que l'éternité nous était accordée, nous avions le temps.

Mile ans de paix, c'était inespéré. Enfin, tous nos ennemis étaient tombés, hormis les nains, peut être. Les Elfes de la Lorien prirent à leur tour la route vers le Grand Ouest, alors qu'une partie des Sindar ne souhaitant pas s'en aller, choisirent de rejoindre nos forêts. En ces temps de paix, les naissances recommencèrent, sans que notre peuple retrouve sa gloire passée.

Les forêts de Vert-bois sont ma propriété, il est interdit de s'y rendre sans l'autorisation du Roi. C'est pourquoi, mes sentinelles patrouillent en tous temps, même en ces temps de paix. Braconniers, voleurs et brigands subissent mon jugement implacable. C'est en après-midi, qu'on m'annonça la capture d'un homme, béornide, braconnant sur mes terres. Qui était, qui plus est, le Valentinois, Prince Héritier des Béornides. « Amenez-le moi ! », ordonnais-je. On le mena devant moi. J'étais sur mon trône, une cape rouge carmin sur les épaules, laissant s'échapper des pétales de la même couleur.

« Ne vous a-t-on pas appris étant jeune, que braconner sur des terres autres que les siennes est un crime ? Ne saviez-vous pas que Vert-bois appartient au Roi Thranduil ? Qu'avez-vous à dire pour votre défense, béornide ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Roi de la forêt perdue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Zone RP :: Rhôvanion :: ♦ Vert-Bois-le-Grand-