Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 [Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/07/2016
Age : 24
Localisation : Andrast-Gobel Ereb d'ici quelque mois :P

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Héros
▌Prestige : 130
MessageSujet: [Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)   Mer 27 Juil - 23:17

Ezekiel avançait seul sur la longue route le menant à Annùminas, la capitale du Nord de l’Empire. Sa chère fille ne l’accompagnait guère pour une foi, cette dernière avait préféré partir en mission seule pour un obscur seigneur du Gondor. Ainsi, alors qu’il était attablé dans une taverne du royaume des deux marches, il avait eu la surprise de voir un messager du nord venir droit sur lui. Détaillant rapidement le garçon face à lui, Ezekiel lui avait fait signe de s’asseoir avant d’interpeller l’aubergiste pour qu’il serve une pinte au pauvre bougre devant lui. Voyant le gamin qui ne devait guère avoir plus de dix-sept printemps, boire goulûment la boisson alcoolisée, le mercenaire ricana légèrement. Une fois la pinte à demi-vide, l’andrastien, fit signe au jeune homme face à lui de parler. C ‘est ainsi que le Nordiste prit la parole :

-Vous-êtes bien Ezekiel Amrach, le mercenaire d’Andrast qui prétend à la seigneurie de la ville de Gobel Ereb ?

-En effet gamin, c’est bien moi, mais il est inutile de faire des Salamalecs avec moi. Je ne suis qu’un homme du cru qui souhaite juste à avoir ce qui lui revient de droit. Cependant, si tu as une autre évidence à dire, la porte est de ce côté. Fie l’homme du sud avec un ton particulièrement dangereux.

-P… Pas… D… Du tout m… Mon… S… Seigneur, je vous apporte juste un message de la part du Seigneur Nurahil, Général de l’Arnor. Bégaya le gamin d’une petite voix.

-Et bien produit le message mon garçon, je n’ai pas que cela à faire. Claqua le Loup Solitaire d’une voix moqueuse.

Sursautant presque, le messager de Nurahil présenta ainsi une enveloppe scellée par un sceau que le mercenaire aurait été bien en peine de reconnaitre. Décachetant la lettre, Ezekiel parcourut rapidement le parchemin d’un air ennuyé, avant de froncer soudainement et de marmonner hargneusement :

-Mais que fait cette foutue gamine là-haut ?

Relevant la tête pour voir le messager attendre sa raiponce, il dit d’une voix glaciale :

-Va et dit à ton maître que je serais là le plus rapidement possible. Et maintenant déguerpie gamin, je souhaite boire et profiter de la gueuse tranquillement.

Voilà pourquoi, presque trois semaines après la réception du message, Ezekiel Amrach était aux portes de l’une des plus grandes citées des hommes qui existé de nos jours. Le mercenaire devait avouer que l’architecture était grandiose et qu’elle n’avait rien à voir avec celle de Gobel Ereb. Fixant toujours les différentes structures qui contenaient diverses boutiques, forgerons, marchands de viandes ou de légumes, Auberges… Pourtant, il fut rapidement ramené à la réalité lorsqu’il vit que les différents citoyens de l’empire le regardaient bizarrement, en murmurent entre eux. Ne comprenant pas sur le coup, l’homme dans la fleur de l’âge remarqua une Jouvencelle, qui ne devait guère avoir plus de quinze ans, pointée du doigt les deux épées bâtardes qu’il avait dans le dos. Souriant, il sut immédiatement que son accoutrement de cuir bouillis et de mailles faisait un effet bœuf sur les bonnes gens de la capitale du Royaume d’Arnor.

Soudainement, l’héritier présomptif de Gobel Ereb remarqua qu’il ne savait point où aller pour rencontrer le Général.Remarquant sur un côté, deux gardes qui devaient sûrement surveiller cette partie de l’avenue, il se dirigea vers eux, non sans sortir la lettre reçus pour montrer la lettre et plus particulièrement le sceau dessus. C’est ainsi qu’après une brève explication de la part des soldats, Ezekiel se trouva devant un magnifique bâtiment. Avisant des gardes bien différents cette fois, il s’approcha d’eux pour dire :


-Bien le bonjour messieurs, je suis Ezekiel Amrach, j’ai en ma possession une missive émanant du Général Nurahil en personne me demandant de me présenter promptement à lui.

-Oh ! Vous êtes le père de Dame Siena Amrach. Le seigneur Nurahil et dame votre fille vous attendes en ce moment même mon seigneur. Je m’en vais vous annoncer séant, veuillez me suivre, je vous prie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Héritier de l'Empire ¤ Roi d'Arnor
Messages : 94
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Arnor

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: [Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)   Jeu 28 Juil - 19:31

[HRP: Bon, la partie où j'explique pourquoi Nurahil envoie une lettre à Ezekiel est un peu tiré par les cheveux, mais j'ai la flemme d'inventer mieux Razz ]

♦️ NURAHIL D'ANNUMINAS - Généralissime d'Arnor

Le vieux Dùnadan rédigeait une lettre dans ses appartements lorsqu’un de ses serviteurs se présenta devant lui. Nurahil leva ses yeux fatigués et dévisagea l’homme d’un air questionneur. Celui-ci ne lui tendit qu’une pièce de parchemin, s’inclina et quitta la chambre. Le généralissime déroula le parchemin et commença à lire le rapport – car c’était bien un rapport qui y était détaillé. Il avait été rédigé par la Gardienne de Fornost : Lothiel de Bree.

Selon le rapport, une petite troupe de mercenaires était entrée en Arnor discrètement et avait voyagé jusqu’aux alentours de Fornost même avant d’être détecté, où les mercenaires furent interceptés par une patrouille de Lothiel. Le groupe comprenait une vingtaine d’hommes d’armes au service d’une jeune femme, et ils refusaient de se rendre à Fornost pour que les autorités arnoriennes les documentent. Lothiel décida donc de les faire escorter à Annùminas pour que le généralissime fasse d’eux ce que bon lui semblait. En effet, celui-ci passait son temps à Annùminas pendant l’absence du roi Barahir. Ce dernier avait quitté l’Arnor pour prendre part à la Diète Impériale il y avait seulement quelques jours.

Nurahil fronça les sourcils. Il ne comprenait pas pourquoi une telle affaire devait être gérée par lui. Une vingtaine d’hommes d’armes ne posaient pas de danger immédiat… cependant, il devait reconnaître qu’un tel groupe de mercenaires pouvait être très efficace pour des petites missions, et cela pour très longtemps, car il était difficile de les attraper vu leur petit nombre – le fait qu’ils n’eurent été détectés que si tard en était une preuve irréfutable. Les groupes de ce genre devaient soit être dissouts, soit être recrutés au service de la Couronne. Mais en aucun cas ne devaient-ils errer sur le territoire de l’Arnor sans supervision. Les recruter aurait été parfait…

La troupe mercenaire arriva quelques jours plus tard, accompagnée par une cinquantaine de gardes de Fornost. Nurahil décida d’attendre avant de les rencontrer et décréta qu’ils soient détenus à domicile. Mais c’était sans compter avec l’audace de leur leader, la jeune femme. En effet, elle voulait à tout prix envoyer une lettre à son père, un mercenaire lui-même. Le généralissime s’exécuta : il envoya un émissaire vers le sud pour convoquer ce mystérieux personnage à Annùminas.

Ezekiel Amrach – tel était le nom du mercenaire – ne tarda guère pour venir au secours de sa fille, Siena Amrach. Nurahil observa discrètement son arrivée à sa résidence depuis un petit balcon. Il fit préparer une petite salle plutôt confortable antérieurement pour y discuter avec le père et la fille. Il n’avait toujours pas rencontré cette dernière ; le faire en compagnie de son père pouvait être risqué – Nurahil ne savait pas si leurs relations étaient bonnes ou pas –, mais le généralissime décida de le faire tout de même.

Le vieux Dùnadan pénétra dans la pièce avant Ezekiel, mais après que Siena y fut emmené. Yeux grisâtres, chevelure argentée et une cicatrice sur la joue gauche : ceci étaient les premières caractéristiques physiques que Nurahil remarqua. Siena était une jeune femme plutôt belle, mais une férocité sauvage émanait de son aura. Elle dévisagea le généralissime avec colère – sans doute pour l’avoir confinée à ses appartements pendant des semaines –, mais celui-ci ne lui donna pas l’avantage de parler en premier.


-Dame Siena, dit-il calmement. Dame Siena… Un nom bien noble pour une guerrière sans titres, sans terres… Il est temps d’arracher cette voile de mystère qui vous dissimule. Dites-moi, quelles affaires avez-vous en Arnor et pourquoi avez-vous refusé d’aller à Fornost ? Désobéir les autorités royales de Barahir Telcontar est une chose bien grave… et un choix dangereux. Parlez donc, mon enfant.


A ce moment cependant, la porte s’ouvrit et un homme fut accompagné dans la pièce par deux gardes. L’homme avait dû se séparer de toutes ses armes avant de pénétrer dans la pièce : la sécurité du généralissime n’était guère prise à la légère. Ezekiel était presque aussi grand que Nurahil, mais certainement en meilleures conditions physiques, bien que le sang de Nùmenor pouvait toujours faire pencher la balance en faveur du vieux Dùnadan. Un visage autoritaire, calculateur et couvert de cicatrices, ainsi que la chevelure argentée montraient bien la ressemblance avec Siena. Mais ce n’était pas cela qui frappa Nurahil… c’était ses yeux ! Ses yeux d’un jaune comparable aux yeux de Nurahil lui-même l’avaient certainement surpris. Au cours de sa longue vie, jamais n’avait-il rencontré un homme à un regard aussi similaire au sien… C’est avec une grande curiosité qu’il dévisagea Ezekiel.


-Ezekiel Amrach, je présume. Bienvenue à Annùminas, la cité d’Elendil. Je suis Nurahil, généralissime d’Arnor, conseiller du roi Barahir Telcontar. Votre fille allait tout juste m’expliquer pourquoi elle et ses compagnons se trouvent en Arnor… pouvez-vous contribuez à cette discussion ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 12/07/2016
Age : 24
Localisation : Andrast-Gobel Ereb d'ici quelque mois :P

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Héros
▌Prestige : 130
MessageSujet: Re: [Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)   Jeu 28 Juil - 22:32

Ezekiel avançait d'un pas tranquille dans le dédale de couloirs que présentait la demeure du général Nurahil. À vrai dire, il était plutôt inquiet pour sa fille Siena, qu'est-ce qui l'avait poussé à venir dans l'Empire ? Quelle sombre folie l'avait saisie ? Voilà les questions qui trottaient dans la tête du mercenaire. D'autre part, la lettre sibylline du dûnadan n'avais clairement pas aidé l'andrastien dans sa "quête" de réponse. Ainsi, l'homme ne faisait que peu attention à ce qui l'entourait, c'est pourquoi lorsqu'il fut arrêté par des gardes, il se tendit légèrement.

Heureusement pour eux et pour lui, ils ne désiraient que ses deux lames et ses poignards. Ainsi, devant la mine sidérée des gardes, Ezekiel sortit deux poignards de ses deux bottes, un de son gantelet droit, deux autres de son dos et un dernier de la doublure de son manteau de maille et de cuir bouilli. Faisant un signe de la tête aux gardes pour leurs dire qu'il avait fini, il se dirigea peu après vers une petite pièce ou sa fille et le général l'attendaient.

Une fois entré dans la pièce, Ezekiel ne prit même pas le temps de regarder cette dernière, il fixa directement son regard sur l'homme présent dans la pièce. Et quel homme, il lui ressemblait sur certains points, mais ce qui marqua le plus le mercenaire, c'était les yeux de l'humain. En effet, Nurahil avait les mêmes yeux jaunes que lui. Soudain, le généralissime prit la parole d'une voix habituée à commander :


-Ezekiel Amrach, je présume. Bienvenue à Annùminas, la cité d’Elendil. Je suis Nurahil, généralissime d’Arnor, conseiller du roi Barahir Telcontar. Votre fille allait tout juste m’expliquer pourquoi elle et ses compagnons se trouvent en Arnor… pouvez-vous contribuez à cette discussion ?

Gardant un visage impassible, l'andrastien fixa le dûnadan dans les yeux. Puis il prit la parole d'une voix calme et assurée :

-En effet Seigneur Nurahil, je suis l'homme que vous avez fait mander. Cependant, je crains de ne pouvoir vous éclairer sur les raisons qui ont poussé ma fille à franchir les frontières de l'Empire. Cependant, peut-être va-t-elle nous faire la joie de ses lumières sur cette épineuse question. Je dois avouer que je souhaite également connaître la réponse à cette question.

Se tournant vers sa fille, il se contenta de hausser un sourcil, cette action fit clairement blêmir sa fille. Cette dernière savait que lorsque son père faisait cela, c'était signe qu'il n'allait pas tarder à sévir. Ainsi, Siena prit une inspiration avant de relancer la conversation d'une voix douce qui contrastait avec son aura sauvage :

- Père, Seigneur Nurahil, il n'était nullement dans mes intentions de nuire à quiconque en Arnor. Cependant alors que je terminais une mission au Gondor, j'ai eu la surprise de rencontrer Andronikos, le capitaine des gardes de grand-père. Seigneur Nurahil, je me dois de vous informer que je suis la petite-fille du Seigneur Janus Inholt de Gobel Ereb. Bref, pour en revenir à mon récit, ayant rencontré le Capitaine Andronikos Bregion, ce dernier m'apprit une triste nouvelle. Mon grand-père est décédé, faisant ainsi de moi la nouvelle souveraine de Gobel Ereb. Ne pouvant regagner la ville sans vous père et ne sachant pas votre localisation, j'ai fait le choix de prendre la routes pour l'Arnor en pensant que vous pourriez être en ses lieux. Sachez également qu'Andronikos à fait le choix de regagner notre foyer.

S'arrêtant de parler, la jeune fille regarda le général et son père. Acquiesçant aux dires de sa fille Ezekiel se tourna vers l'homme à ses côtés avant de prendre la parole d'une voix défaite par la nouvelle.

-Générale, j'espère que cette explication vous convient. Sachez également que malgré les faits que nous venons d'apprendre, nous n'en restons pas moins des mercenaires. De ce fait, je me dois de vous dire que si besoin est, nous sommes à votre service.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Héritier de l'Empire ¤ Roi d'Arnor
Messages : 94
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Arnor

INFOS JOUEUR
▌Bourse : 0 deniers
▌Voie du : Seigneur
▌Prestige : 2150
MessageSujet: Re: [Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)   Sam 30 Juil - 17:46

♦ NURAHIL D'ANNUMINAS - Généralissime d'Arnor

Et la fille parla. Son récit était court et louche. Retrouver une personne spécifique en ne faisant rien d’autre qu’errer dans une région aussi vaste que l’Arnor était semblable à chercher une aiguille dans une botte de foin. Et pourquoi ne pas faire escale à Fornost, dans ce cas ? Tout ceci paraissait bizarre au généralissime et il redoutait une ruse. Nurahil n’était point paranoïaque, mais l’inestimable expérience qu’il avait amassé au cours de sa vie l’avertit de rester prudent. Cependant, Ezekiel proposa leurs services au Dùnadan, ce qui était bien plus intéressant. Tant qu’il était bien payé, un mercenaire restait loyal. Et mettre une bonne vingtaine de combattants bien entraînés à son service pouvait être utile.


-Hmmm…, murmura le vieux Nurahil. Je ne suis guère impressionné par cette explication brumeuse. Je suis néanmoins navré en ce qui concerne le seigneur Inholt. Vous avez donc le choix : vous pouvez soit quitter l’Arnor et retourner à Gobel Ereb… ou vous mettre à mon service et, par conséquent, au service de sa Majesté Royale Barahir Telcontar, roi d’Arnor. Cela inclus évidemment vos compagnons, Dame Siena. Si vous refusez, une escorte vous sera donnée jusqu’à Tharbad. Mais sachez que si vous acceptez ma proposition, une mission vous sera donnée immédiatement. Vous serez bien payés, mais la quête sera dangereuse.


Nurahil avait une idée bien spécifique en tête pour tester les capacités combatives de ces soi-disant mercenaires. Encore, fallait-il qu’ils acceptent.

Entre-temps, un serviteur avait versé du vin dans quelques verres sur la table à la droite de Nurahil. Le Dùnadan, pendant qu’il parlait, distribua les verres et lorsqu’il eut fini, il avala une gorgée. Le vin avait un goût agréable, mais ce n’était rien de spécial : le généralissime ne pouvait pas se permettre d’offrir du vin du Dorwinion ou encore de Dol-Amroth à de simples mercenaires. Ce breuvage avait été préparé à Eryn Vorn, c’était donc arnorien. Probablement le meilleur vin du Royaume du Nord, car il était difficile d’en confectionner de meilleur qualité dans le nord de l’Empire. Peut-être que le nectar d’Eregion était de mérite similaire… Peu importe. Tandis que Nurahil attendait la réponse des Ezekiel, il dégusta donc le vin d’Eryn Vorn pendant que sa main gauche reposait sur la garde de son épée : Celebrendîl, ou « Terreur-Argentée » dans la langue commune…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Annùminas] Une convocation inattendue (Pv Barahir Telcontar)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Zone RP :: Eriador :: ♦ Arthedain-