Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 L'Ordre d'Orcobal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Auteur du Nouveau Livre Rouge
Messages : 285
Date d'inscription : 08/02/2016
MessageSujet: L'Ordre d'Orcobal   Jeu 14 Juil - 6:29



L'Ordre d'Orcobal

L’Ordre d’Orcobal a été fondé par les capitaines Ourouk-haï qui menèrent les débris de l’armée de Sauron à l’Est, après la chute de Barad-Dûr et de Dol Guldur. Ils traversèrent les grandes plaines de Rhùn et pillèrent pour subsister, leur nombre s’amoindrissant au fur et à mesure des mois. Cependant ils finirent par se rassembler sous la coupe de quelques chefs de guerre ambitieux, qui rassemblèrent autour d’eux des compagnies entières d’Orques, d’Ourouk-haï, de Trolls, de Loups, d’Olog-Haï et de toutes sortes de créatures maléfiques. Bien armés et disciplinés, ces compagnies louèrent bientôt leurs services aux Seigneurs orientaux trop faibles pour se défendre. Bientôt plusieurs d’entres elles se couvrirent de gloire : leur entraînement et leurs tactiques éprouvées contre les armées du Gondor et du Rohan surpassaient de loin celles des peuples de l’Est, à l’exception des Variags et des Urgath roués au combat. Parmi eux ressortent les noms d’Orcobal, Dugbûrz et Asholog, le grand capitaine des Olog-Haï de la Tour Sombre. Vers cette époque les Logath s’étaient rassemblés sous l’égide du seigneur de guerre Tarbek, et s’en étaient pris aux Dyrians, peuple réputé pacifique. Ces derniers engagèrent Orcobal et Dugbûrz pour les aider. La bataille contre Tarbek fut sanglante mais les Logath furent bientôt massacrés et repoussés : Dugbûrz, qui commandait les piquiers ourouk-haï fut tué dans la bataille, l’un de ses carrés de piquiers ayant été débordé par les flancs par la cavalerie Logath. Les troupes de Dugbûrz se rallièrent alors à Orcobal. La guerre n’était pas finie : les Dyrians avaient prolongé leur contrat pour qu’ils envahissent les territoires Logath, l’arrière-garde de Tarbek étant encore intacte, et celui-ci ayant parvenu à s’échapper. Tarbek cherchait alors à revenir et prendre sa revanche. Les Orques ne pourraient pas compter sur l’effet de surprise qui les avait grandement aidés. La troupe d’Asholog vint renforcer celle d’Orcobal : ensemble ils mirent les plaines des Logath à feu et à sang, amassant un grand butin. Une querelle naquit sur le partage de celui-ci. Orcobal, l’Ourouk-Haï, défia en duel à mort Asholog, l’Olog-Haï, sous les quolibets des troupes de ce dernier. Contre toute attente, Orcobal triompha d’Asholog. Sa tête fut mise sur une pique tandis que les troupes d’Orcobal retournaient vers les Dyrians pour réclamer la dernière partie de leur paiement. Ceux-ci offrirent bien plus que cela : ils donnèrent une partie de leurs terres aux Orques afin qu’ils y construisent leur forteresse d’Orsina, la « Patrie des Orques », en estrien. Depuis lors, Dyrians et mercenaires de l’Ordre d’Orcobal vivent en symbiose, les premiers fournissant vivres, métaux et denrées de toutes sortes aux mercenaires qui les protègent.

Bien vite, le nombre des Orques et des Trolls crût grandement. Orcobal réorganisa sa troupe et la disciplina, avec des méthodes semblables à celle de Sauron. Il créa plusieurs corps d’armée, et imposa des lois qui sont depuis lors devenues sacrées chez les Orques.

La première de ces lois est que tout membre de l’Ordre d’Orcobal coupable d’un crime de sang contre un Dyrian est passible d’une peine de mort, dont la sanction est immédiate.

La seconde est que le butin est équitablement réparti entre chaque membre de la troupe. Des primes exceptionnelles peuvent être accordées à ceux qui se sont distingués dans la bataille.

La troisième est que l’Ordre d’Orcobal est indivisible : tout Orque ou Troll désirant fonder sa propre compagnie mercenaire sera impitoyablement tué et traqué.

La quatrième est que les différends entre mercenaires de l’Ordre d’Orcobal se règlent uniquement par combat singulier entre les deux parties au litige. Toute atteinte aux biens du mercenaire ou à sa personne en dehors du duel judiciaire est passible d’une peine de mort.


Au fil des siècles, l’Ordre d’Orcobal se distingua comme la compagnie mercenaire la plus féroce et la mieux disciplinée de Rhùn. Ils furent engagés dans de nombreuses guerres, et subirent peu de défaites. Ils avaient la réputation d’être invincibles. Il faut dire que la discipline des Ourouk-Haï était sans faille : leurs lignes bien rangées et leurs manœuvres contrastaient avec les rangs de la plupart des Orientaux. Les simples Orques, plus revêches à la discipline, constituaient les flancs d’infanterie légère qui débordaient l’ennemi, et dont la fougue était un atout. Mais rien n’était plus terrible que les colonnes de Trolls qui ravageaient les rangs ennemis. A notre époque il reste encore des Olog-Haï pour les commander, noires créatures qui savent se faire respecter.

Les registres racontent que l’Ordre d’Orcobal a participé entre 700 et 710 à la contre-attaque du culte du Soleil contre les armées des Kyrkarii et du Khand qui avaient envahi les terres de Vorgani, étant financées en sous-main par l’Intendant de l’Empire. Le Khand avait récupéré les terres des Vorgani pour eux, dupant leurs alliés. Ceux-ci rejoignent la coalition du Patriarche (qui était à l’époque Pallando, secondé d’Alatar). Levant de nouveaux deniers pour cette croisade, le Patriarche engagea l’Ordre d’Orcobal pour le soutenir. La libération des Vorgani fut rapide, les armées du Khand massacrées. Cependant bien vite une querelle entre les Kyrkarii et les Syrkakar éclata sur le partage des territoires Vorgani : le Patriarche souhaitait que ceux-ci soient libérés, tandis que les Kyrkarii espéraient enfin laver l’affront que leur avait fait le Khand, et les récupérer. L’Ordre d’Orcobal changea de camp : les Kyrkarii avaient cette fois été les plus offrant. Ils repoussèrent la coalition du Patriarche jusque devant sa cité d’Akkar, mais levèrent rapidement le siège, n’ayant pas les ressources pour le mener. De plus ils craignaient que les Nains des Montagnes Rouges, alliés de longue date du Patriarche, ne viennent les détruire. Fatigués et ruinés par ces dix années de guerre, les Kyrkarii rentrèrent chez eux.

Un siècle et demi plus tard, l’Ordre d’Orcobal aida le Royaume de Khand à vassaliser les Kyrkarii. Les mercenaires orques et trolls forgèrent à jamais leur réputation sanguinaire : ils avaient soumis un grand peuple, fier et doué dans l’art militaire, et avaient installé des fortins sur leurs territoires pour en faire des relais. Au fil du temps, les forts de l’Ordre d’Orcobal étaient apparus un peu partout en Rhùn, et ils servaient de relais pendant les campagnes. Les Orientaux craignaient de s’en approcher, de peur de s’attirer les foudres de l’Ordre. Bientôt, les fortins de l’Ordre d’Orcobal devinrent aussi des relais pour le commerce en Rhùn, l’Ordre permettant aux marchands de Dorwinion, d’Akkar ou des Montagnes Rouges de séjourner dans leurs places-fortes en échange d’une rémunération. De plus, l’Ordre d’Orcobal devint réputé pour ses pratiques esclavagistes : la plupart des tâches domestiques dans leur armée étaient réalisées par des hommes arrachés à leur patrie suite à une guerre ou un pillage, et ce afin que les mercenaires puissent se concentrer sur leur entraînement militaire.

Il y a moins d’un siècle, l’Empire rencontra pour la première fois l’Ordre d’Orcobal sur le champ de bataille, aucours de la Septième Coalition. L’Ordre d’Orcobal permit aux Urgath de devenir indépendant, suite à la prise de Mistrand par le Royaume de Khand en 897. Cependant l’Ordre d’Orcobal posa pour la première fois le pied en Rhôvanion au cours de la Huitième Coalition orientale contre l’Empire, entre 912 et 915, toujours aux côtés de l’Empire Urgath. Ce dernier avait soumis les Kykuria et les Logath sous son joug à l’aide des mercenaires orques, instaurant un gouvernement despotique dans la majeure partie du Proche Rhùn. Urgath et mercenaires orques marchèrent alors contre l’Empire afin d’empêcher la construction du mur d’Amandil d’être achevée, et rallier les Sagath qui allaient être enfermés dans les frontières de l’Empire. Contre toute attente la majeure partie des Sagath demeurèrent fidèles à l’Empereur Amandil, et les Urgath furent bientôt repoussés. L’Empereur des Urgath quitta le champ de bataille, sauvé par des mercenaires orques qui escortèrent leur employeur jusqu’à ses terres. Cependant l’Empire Urgath n’avait pas survécu à cette déroute, et il implosa bien vite. Il ne pouvait même plus compter sur les forces de l’Ordre d’Orcobal, qui avaient été diminuées.

Cependant l’Ordre d’Orcobal a depuis lors retrouvé l’intégralité de ses forces, et attend de nouvelles occasions pour se couvrir de gloire et de richesses. Il ne faut pas s’y méprendre : dans la bataille, les Orques et les Trolls sont tout autant attirés par l’appât du gain que par le goût du sang, car ils laissent moins de chair sur les os des défunts que ne le font les corbeaux et les vautours.


Dernière édition par Mandos le Jeu 14 Juil - 7:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Auteur du Nouveau Livre Rouge
Messages : 285
Date d'inscription : 08/02/2016
MessageSujet: Re: L'Ordre d'Orcobal   Jeu 14 Juil - 6:50

Officiers

RAZARGÛL- disponible

Yeux : Blancs, éclatants de ruse
Cheveux : Aucun
Taille : 2m33
Signes particuliers : Une partie de son visage est déformée, sa mâchoire ayant été fracassée au cours d'une bataille. Son visage est parsemé de cicatrices, tout comme le reste de son corps. Son corps est grand, fin et musclé, il domine la troupe par sa taille.
Seigneur de Guerre
334 ans
Ourouk-Haï

Faits d'armes:
 


Le seul, l'unique chef de l'Ordre d'Orcobal. De Seigneur de Guerre, selon la doctrine d'Orcobal, il ne peut y en avoir qu'un. En noir parler, Razargûl signifie "spectre de sang". C'est un tueur rusé, et un tacticien éprouvé au cours de nombreuses campagnes. Monté en grade très vite, du fait de son charisme et de son adresse au combat, il a mené l'Ordre d'Orcobal au pinacle de sa gloire en combattant contre l'Empire, ce que ses prédécesseurs avaient toujours craint de faire. C'est un être sanguinaire, dont il vaut mieux ne pas croiser le chemin. Au cours de sa carrière, il a réformé l'Ordre à de nombreuses reprises. Il s'est attaché à développer les relations avec les Hommes et a permis à l'Ordre de développer des activités commerciales. Grâce à lui, l'Ordre dispose également d'un réseau de fortins un peu partout à travers Rhùn, auxquels nuls n'osent s'attaquer.

Il est très aimé de la troupe : fait rare, nul n'a contesté son autorité depuis près de 60 ans. Les précédents prétendants au titre de Seigneur de Guerre ont été massacrés par lui en duel, sans aucune pitié.

Fils de Burzum


Nota bene sur l'espérance de vie des Orques:
 


Dernière édition par Mandos le Jeu 14 Juil - 7:47, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Auteur du Nouveau Livre Rouge
Messages : 285
Date d'inscription : 08/02/2016
MessageSujet: Re: L'Ordre d'Orcobal   Jeu 14 Juil - 6:51

Catalogue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Ordre d'Orcobal   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ordre d'Orcobal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Chroniques de la Dagor Dagorath :: Registre des Guildes :: ♦ Compagnies Mercenaires-