Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après
-----------------------
Votez sur les top-sites ! Faites vos fiches mes chéris !
Nous recherchons ardemment un Tuor Eladar, envoyé des Valar !
Rumeur : le Patriarche du Culte du Soleil, dans la Cité Sacrée d'Akkar en Lointain Rhùn aurait été corrompu par les suppôts de Morgoth. Cela pourrait mettre fin à des siècles de conflits religieux en Rhùn, et pourrait permettre aux Orientaux de s'unir contre l'Empire.
Les Envoyés des Valar, Gandalf, Tuor et Fingolfin viennent de débarquer à Osgiliath.
Parmi les chevaliers et les aventuriers de toute sorte, une rumeur circule : l'Intendant Aranir d'Ithilien aurait réuni des fonds pour organiser un tournoi spectaculaire commençant au solstice d'été !
Les Northmen viendraient de briser leur isolement, concluant un pacte d'alliance avec Durïn VII.
La Compagnie Grise recrute désespérément de nouveaux membres...
Promotion sur le Vieux Toby de la Comté sur le marché de Gwynhelm à Edoras
Le tristement célèbre Purion le Pervers, Seigneur des Pinnath Gelin, vient de clamser ! Avis aux jeunes demoiselles du royaume, le coeur de son héritier Gilion est encore à prendre !
Les pillards nomades sévissent de plus belle en ce printemps ! Le Roi du Gondor Aglahad II de Dol Amroth a promis de prendre des mesures drastiques.
"Trinquons nos verres et vidons la bouteille / Et laissons là les plaisirs de l'amour / Et laissons là tous ces cœurs infidèles / Qui ne veulent pas nous donner leur secours / C'est aujourd'hui que l'amour m'abandonne / Que ma maîtresse m'a refusé son coeur / Battez tambours, battez la générale !" - Le célébrissime barde Meregold Sirith poursuit sa tournée dans toutes les tavernes de l'Empire ! Ne le manquez surtout pas !

Partagez | 
 

 Royaume du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Auteur du Nouveau Livre Rouge
Messages : 284
Date d'inscription : 08/02/2016
MessageSujet: Royaume du Nord    Mar 24 Mai - 21:56



Les Annales du Royaume du Nord

Les Northmen descendent des membres des maisons de Hador et de Beör qui ne franchirent jamais les Montagnes Bleues pour pénétrer en Beleriand. Ils furent appelés les Hommes moindres pour cela. Les Northmen demeurèrent dans les Terres du Milieu et cultivèrent la terre, élevèrent des chevaux, construits des villages et des châteaux. Ils formèrent de nombreux royaumes qui changèrent beaucoup à travers les âges, et eurent de nombreux seigneurs. Leurs amitiés variaient : les Northmen s’alliaient tantôt aux peuples de l’Ouest, Dùnedain qui colonisèrent les côtes de la Terre du Milieu au cours du Second Âge ; tantôt aux peuples de l’Est, qui voyageaient sur les immenses plaines de Rhùn comme les vaisseaux sur la mer. Vers le milieu du Troisième Âge, les Northmen avaient tous été rassemblés sous la coupe d’une seule dynastie. A cette époque le Roi Valacar se prit d’amour pour une princesse du Nord, et eût pour fils Eldacar (Vinitharya dans la langue du Nord). Les liens entre le Gondor et les Northmen se resserèrent : pour des raisons ignorées les tensions entre les Northmen et les Orientaux menèrent au conflit armé, et les Northmen devint le rempart oriental du Gondor. Durant la Grande Peste, la moitié de leur peuple et de leurs chevaux périt. Peu après les Gens-des-Chariots envahirent vinrent de l’Est. Les Northmen furent vaincus et dispersés et durent se réfugier dans Vert-Bois. Suite à la victoire de la Bataille des Plaines, les Northmen abandonnèrent leurs terres ancestrales occupées par les Balchoth et se réfugièrent sur les plaines du Val de Celduin et du Val d’Anduin, menés par Marwhini. Beaucoup de Northmen furent emmenés captifs en Mordor à cette époque, pour devenir esclaves dans les plaines de Nurn. Les Northmen qui avaient rejoint le pays d’Eothéod reçurent le Canelardhon en partage après la victoire des Champs du Celebrant, remporté par leur roi Eorl. Ils furent connus dès lors sous le nom d’Eorlingas. Ils eurent à souffrir des guerres contre les Orques et les Hommes sombres à la fin du Troisième Âge. En 2770 TA un dragon, Smaug, descendit du Nord et détruisit la ville de Dale où régnait Girion. Les derniers Northmen du Val se réfugièrent dans la ville marchande d’Esgaroth, dirigée par un maire. Ils entretienaient de bonnes relations avec les Elfes, et combatirent à leur côté, avec les gens de Thorïn, à la Bataille des Cinq Armées en 2941 TA.

Le début du Quatrième Âge

Suite à la victoire finale contre Sauron, les hommes asservis par Sauron furent libérés. Une partie d’entre eux, des Northmen qui n’avaient pas oublié leur histoire, décidèrent de rentrer en Rhôvanion. Ils migrèrent tout d’abord vers le Val de Celduin et le Val d’Anduin, à l’époque en plein renouveau démographique. Ces terres ne suffirent pas à les accueillir, et les Northmen avaient le goût de la liberté et des espaces. Des colons du Val d’Anduin, de Dale et d’Esgaroth allèrent bientôt peupler les Plaines Brunes, la Brèche, et les frontières nordiques de Dagorlad. Au bout de quelques siècles, les Northmen avaient retrouvé leur nombre et leur prospérité d’autrefois. Leurs relations avec les Rohirrims étaient très chaleureuses. Un important commerce transitait désormais à travers la Celduin. Les Northmen fournissaient le Royaume Réunifié en chevaux, et commerçaient à travers tout le Rhôvanion. La Forêt Noire ayant été libérée de l’emprise du mal, les Northmen qui avaient pris le nom de Forestiers purent développer un commerce du bois. Bientôt on bâtit des forteresses en bois et en pierre dans la Brèche et le long de l’Anduin et de la Celduin. Les anciens postes de garde furent réhabilités. Les hommes du Val d’Anduin s’approprièrent le Sud du Vert-Bois, en-deçà de la Rivière de la Forêt.

Les guerres féodales et la fondation du Royaume des Plaines

Au cours du troisième et du quatrième siècle du Quatrième Âge, les Northmen des Plaines Brunes et des flancs orientaux du Vert-Bois furent rassemblés sous un même pouvoir royal. Les petits seigneurs féodaux avaient fini par se faire la guerre entre eux, pour accroitre leur puissance et contrôler les plaines. Thenwi, de la dynastie fondée par Théomir, qui régnait sur la Brèche, avait envahi le seigneur voisin Athali. Il possédait un territoire forestier au Nord de la Brèche que Thenwi convoitait. Dans les plaines, Hengel avait autour de lui un conglomérat de vassaux et une puissante cavalerie. Athali appela Hengel à son secours. Hengel avait été choisi comme Seigneur-Protecteur par le conseil des seigneurs alliés des Plaines Brunes. Dans les faits le titre était devenu héréditaire, et se transmettait à sa dynastie depuis dix générations. A cette époque les tensions entre les deux camps avaient atteint leur paroxysme. Thenwi avait brutalisé plusieurs seigneurs des Plaines et fait passé nombre de haras sous son contrôle. Il pouvait aligner une armée puissante. La guerre qui s’ensuivit dura des années. Tôt dans la campagne, Hengel fut grièvement blessé et capturé. Son jeune fils Hagi dut prendre en main une armée désorganisée. Face aux Alliés les Théomingas, malgré leur nombre moindre, avaient subi peu de pertes, et s’étaient réfugiés dans leur forteresse de Buhr Widu, d’où ils menaient des raids sur les terres ennemies. Hagi subit plusieurs défaites et perdit toute crédibilité. Avant qu’il ne fut démis de ses fonctions de Seigneur-Protecteur en intérim, Thenwi consentit à libérer Hengel contre une rançon importante en chevaux et en or. Le printemps suivant Hengel pilla les villages d’Athali et massacra ses gens. Il en retira un grand butin, Athali ayant mené une entreprise prospère dans le commerce du bois. Avec cet argent, Thenwi engagea des mercenaires orientaux pour l’aider à vaincre une bonne fois pour toute les Alliés. Thenwi sortit enfin de sa forteresse de Buhr Widu et marcha sur les Plaines Brunes pour mettre les haras des Alliés à feu et à sang. Une partie des seigneurs alliés firent défection pour rejoindre le camp de Thenwi. Les autres Alliés se regroupèrent derrière Thengel : les deux armées se rencontrèrent à la bataille de la Crète Sanglante, qui se solda par la débâcle des Alliés, qui ne purent tenir face à la cavalerie Théomingas intacte et aux mercenaires Orientaux solidement armés. Thenwi vainquit Thengel en combat singulier, et en tira un grand prestige. Suite à la bataille, Thenwi reçut le serment de fidélité de certains seigneurs alliés, mais il démit la plupart de leurs terres pour les donner à ses propres vassaux fidèles et loyaux. A l’âge de 45 ans, Thenwi régnait sur un vaste royaume en Rhôvanion. Sa réputation d’homme sanglant et intraitable en fit un roi craint et respecté parmi les Northmen. Il passa le restant de sa vie consolider son royaume. Les Northmen de cette région furent dès lors connus sous le nom de Thenwingas.


Chroniques du Royaume du Val d'Anduin et de ses maisons

A la même époque le Royaume de Val d’Anduin avait atteint son apogée. Grimbeorn, le fils de Beorn, avait rassemblé autour de lui une fraction importante de son peuple, et avait bâti une forteresse à Maethelburg, en haut d’un promontoire rocheux qui surplombait l’Anduin. Le Carrock demeurait pour les Béornides un lieu religieux de grande importance. Les derniers Changeurs-de-Peaux s’y rassemblaient souvent pour des cérémonies au clair de lune. De nombreuses seigneuries furent fondées au Val d’Anduin, sous le règne paisible des descendants de Grimbeorn.
La plus puissante d’entre eux était les Wrakyanides, qui avaient fondé Wrakyaburg, aux sources de l’Anduin ; proches des Nains de Gundabad, ils commerçaient abondemment avec eux et s’étaient enrichi grâce au traffic fluvial sur l’Anduin. Le blason de la maison de Wrakya était un dragon de gueules sur champ d’argent. Ils avaient pour vassaux les Drunes, les Krast et les Bronn.
Plus au Sud, dans les vastes plaines qui s’étendaient entre l’Anduin et les Montagnes, se trouvaient deux maisons indépendantes, les Yfret et les Ren : leurs blasons respectifs étaient un loup noir et un loup blanc, car ils traquaient ces bêtes depuis des siècles dans les plaines ; c’étaient de fiers cavaliers, qui élevaient des bêtes petites mais robustes.
Au coeur du Royaume du Val, autour de Maethelburg se trouvait le Nan Anduin, s’étendant sur cent kilomètres : les vassaux directs de Maethelburg étaient les Georn, les Horning, les Grimmith et les Antiennes, dont les Seigneurs furent pendant longtemps des Changeurs-de-Peaux.
A l’entrée des Hauts-Cols se trouvait la forteresse de Frigenward, le joyau du Royaume du Val : les Frigenides, montagnards, gardaient cette citadelle puissante, et envoyaient régulièrement des patrouilles dans les montagnes. Ils avaient eu à faire face à la menace gobeline pendant des siècles, avec le soutien de leurs pairs. Le prestige des Frigen était tel qu’il concurrençait celui du Seigneur de Maethelburg. Leur blason était un œil d’argent sur champ de sable.
Plus au sud, dans les Champs-aux-Iris se trouvaient les Hommes des Marais, sur lesquels régnait la maison des Marshorn, dont le blason était bien évidemment un iris. Repliés sur eux-mêmes, leur serment de fidélité envers le Roi du Val était la seule chose qui les rattachait à l’extérieur.
Enfin au Sud-Est du royaume se trouvait la maison de Dreorn, qui régnait sur Rhosgobel, et dont le blason était une hache de sable sur champ de gueules. Le village de Rhosgobel, où résidait toujours Radagast, s’était grandement développé, enrichi par le commerce du bois. Au fur et à mesure des siècles advint le même phénomène qui avait causé l’apparition d’une Brèche à l’Est de la Forêt-Noire : autour de Rhosgobel apparut la Brèche-Ouest.

Il faut enfin parler des maisons du Vert-Bois. Trois seigneuries forestières se partageaient le territoire, à l’exception des flancs orientaux de la Forêt qui appartenaient aux Northmen de la Brèche-Est. Les Frecca possédaient la partie nord de la Forêt, entre la Route-des-Nains et la Rivière de la Forêt : leur blason était une harpe d’or sur champ de sinople ; ils entretenaient de bonnes relations avec les Elfes. Les Crates, peuple rétif et fier, dont le blason était une belette tannée sur champ de mûre, vivaient dans la partie centrale de la Forêt : ils avaient construit des villages et des sentiers connus d’eux-seuls à travers la Forêt, et ils acceptaient mal les étrangers. Les Threnes, enfin, vivaient dans la partie Sud de la Forêt depuis que le Mal en avait été chassé : ils entretenaient la forteresse d’Amon Lanc, demeure d’hiver des Rois du Val. C’était un peuple joyeux, avide de fêtes, qui transportait le bois de Rhosgobel et organisait un commerce avec le Sud sur l’Anduin. Leur blason était une corne à boire de gueules sur champ d’argent.
Enfin la Lothlorien était devenu le bois personnel du Roi du Val, qui s’y rendait aves ses gens pour des parties de chasse. Il y avait bâti une demeure, nommée tout simplement le Repaire.

Au fur et à mesure que survenait la Grande Croissance, qui fit s’accroitre de façon gigantesque le territoire du Vert-Bois, si bien qu’il rejoignit Fangorn et la Lothlorien au sud, les relations du Royaume du Val avec l’extérieur diminuèrent. Les Béornides et les Nains menaient la guerre contre les Orques, mais sur deux fronts différents ; le commerce avec le Sud, organisé à travers l’Anduin par les Threnes, était modeste ; cependant les relations avec leurs voisins des Plaines, frères Northmen, étaient chaleureuses. Tant et si bien qu’elles supplantèrent celles avec les gens de Dale, plus lointains et plus raffinés, et dont le regard était tourné vers l’Est et ses richesses. Le Vert-Bois devint un espace d’échange, les Seigneurs – puis Rois – de la Brèche se rendant en hiver parfois à Amon Lanc, où ils chassaient aux côtés des Rois du Val. Ils étaient, après tout, une seule et même race.

Une ère prospère pour le Royaume de Dale

Pendant ce temps là, le Royaume de Dale avait prospéré. Il englobait la cité d’Esgaroth, qui conservait son statut de cité-franche, et tout le territoire qui s’étendait à l’est, délimité par la Carnen dans cette direction, et par la Rivière Courante au sud. Après la mort de Brand à la bataille de Dale, son fils Bard, deuxième du nom, lui avait succédé. Sa lignée demeura forte, en ligne directe, pendant des siècles. Sous le règne des Bardides, le Val prospéra. Les Nains continuaient à vivre en symbiose avec les Hommes de Dale : les premiers les fournissaient en métaux et en objets précieux, ces derniers pourvoyaient à leur alimentation.
Le commerce avec l’Est était abondant. La route commerciale partait de Dale et d’Erebor, descendait la Celduin en passant par Esgaroth et les nombreux havres qui la bordaient, jusqu’au Dorwinion. D’Illaris, cité-état du Dorwinion, les navires marchands traversaient la mer de Rhùn pour aller jusqu’à Mistrand, où les caravanes protégées par des mercenaires (la plupart des Nains des Montagnes Rouges, des Dorwinrim ou des Easterlings de l’ethnie Kykuria) traversaient les immenses plaines de Rhùn. Leur voyage s’arrêtait dans la légendaire cité d’Akkar, au bout du monde, sur les bords de l’océan oriental. Au fur et à mesure du temps Esgaroth s’était agrandie, jusqu’à couvrir dix fois sa surface initiale. Sa population ayant beaucoup augmenté, des colons fondèrent la ville de Gramasd, à mi-chemin entre la Montagne Solitaire et Azanulimbar-Dûm, forteresse des Nains dans les Monts de Fer. La paix et le commerce avec l’Orient et le Sud s’était avéré très profitable, et la population du Rhôvanion s’était nettement accrue.

Le Royaume de Dale prospéra donc : son armée s’agrandit et devint puissante. Au fur et à mesure du temps les Bardides devinrent férus de sécurité. Le souvenir des invasions orientales était très présent, et désormais le Royaume avait les moyens de défendre ses frontières. Ils craignaient toujours les invasions des Logath, vivant au-delà de la Carnen, et des Sagath, vivant au sud des montagnes de Dorwinion – surtout lorsque ceux-ci reprirent peu à peu leur indépendance perdue après la conquête d’Elessar. D’aucuns diraient que les Seigneurs de Dale étaient paranoïaques. Ils entretenaient des forts avec des garnisons puissantes tout le long de la Celduin et de la Carnen. Ils accueillirent la Compagnie Grise pour avoir un renfort de bras : ils leur cédèrent les forts de Burh Marhlinge (au confluent de la Carnen et de la Celduin) et de Buhr Kaupis (à mi-chemin entre ce dernier et Dale).


Le Siècle d'or du Royaume du Nord

Après la fondation du Royaume des Plaines en 403 QA, les Thenwingas tentèrent d’accroitre leur pouvoir. Ils le firent tout d’abord par une diplomatie très active en direction de leurs voisins. Les liens avec les Béornides étaient très forts. Cependant les Bardides voyaient d’un mauvais œil ce voisin du Sud qui s’était révélé belliqueux. Jusqu’à la mort de Thenwi en 418, les Bardides craignèrent une invasion. Son fils Frenwi était d’un naturel plus doux que son père. Il conclut un mariage d’alliance avec les Bardides, entre son fils cadet Varduna et Brellys la fille du roi Bard VI. Varduna demeura le plus clair de son temps à Dale, son frère ainé étant destiné à régner. De l’union de Varduna et de Brellys naquit Vred, qui fut éduqué à Dale pendant des années, parmi les fils du Roi de Dale. En 425 QA frappa la maladie que les Nains appelaient la Crache-Poumon, et que les autres peuples appelaient la Grippe Dorée en référence à la couleur des glaires que crachaient les malades – et surtout à la richesse fameuse des Nains. Les gens de Dale ne furent pas épargnés. La maladie faucha durement la famille royale. Bard VI survécu à son alitement, mais sa femme et ses trois premiers fils étaient morts. Il ne lui restait qu’un petit-neveu, Born, et son fils dernier né, Bard. Varduna était mort. Brellys continua à vivre à Dale avec son fils Vred.

Quand Vred eut 17 ans, son frère aîné mourut dans un accident de chasse. Sans s’y attendre, à 17 ans, Vred devint Roi des Plaines, et il partit immédiatement pour Burh Widu afin d’être couronné. Cependant il revint à Dale l’année suivante, pour prendre une épouse parmi le peuple des Bardides, comme son père l’avait fait avant lui. Il s’avérait que le mariage avait été arrangé par sa mère : le jeune Vred allait épouser Elanna, la fille du riche maire d’Esgaroth. A cette époque, le vieux roi Bard VI, souffrant de la goutte depuis des années, était gravement malade et proche du trépas. Son fils Bard s’apprêtait à prendre sa succession, et devenir le septième du nom. Bien qu’il soit l’oncle de Vred, ceux-ci avaient le même âge, et avaient été élevés comme des frères. Ils ne s’étaient pourtant jamais aimés. Vred avait longtemps était proche de Born, qu’il considérait comme son petit-frère.

Les noces de Vred et d’Elanna furent célébrées à Dale. Ce mariage fut très populaire parmi les gens de Dale, le maire d’Esgaroth avait fait distribué du vin et du pain à la populace, et les festivités durèrent jusque tard dans la nuit. Cependant à l’aube, les cloches sonnèrent dans la ville. Le bon roi Bard VI était mort. Son règne avait duré cinq décennies. Son fils Bard, septième du nom, serait roi après lui. Cette nuit-là, Vred, Bard et Born avaient longtemps bu ensemble, avant que Vred ne rejoigne son lit de noces. Bard s’était montré insultant entre Vred, et Born l’avait frappé. Bard et Born s’étaient battus. Vred les avait séparés. La rumeur de cette rixe fit cependant le tour de la fête.

A l’aube, réveillé par les cloches, Vred sauta au pied du lit. Il savait qu’il devait agir et qu’il n’avait pas une seconde à perdre, ou le royaume de Dale serait à jamais laissé à ce benêt de Bard qu’il avait toujours détesté. Entouré de ses gardes, il marcha vers la salle du trône où Bard dormait toujours, seul, encore ivre mort. Vred le fit réveiller par ses gardes, et mettre sur pied. Il planta son épée dans le ventre de Bard en ayant, dit-on, ces mots lapidaires : « la nuit t’a fait roi, mais je suis l’aube qui te défait ». Au même moment Born entra dans la salle du trône et se rua sur Vred, qui fit volte-face. Sa lame trancha la gorge de son cousin, comme par réflexe. Le visage de Vred fut pétrifié de douleur quand il vit ce qu’il avait fait, le sang de sa propre famille perlant et tombant goutte à goutte de la pointe de son glaive.

On fit dire que Brand et Born s’étaient entretués. Dorénavant, le roi de Dale serait Vred. Sa mère, qui avait toujours rêvé de voir son fils manier le pouvoir suprême, avait très généreusement soudoyé la garde royale pour s’assurer de sa fidélité. Les gardes du maire d’Esgaroth, beau-père du nouveau roi, étaient également présents dans la ville en soutien. Certains loyalistes de Bard se rebellèrent. Ils furent tous impitoyablement exécutés, accusés de traitrise. La population resta passive : même si tous en doutaient, peu questionnaient le mensonge du meurtre de Bard. Surtout, Vred n’était pas un étranger à Dale, il était comme un fils pour Bard VI. Il était aimé du peuple, et possédait des alliés puissants, sans compter toute la puissance du royaume des Plaines. De plus, le prestige de ce nouveau roi des tous les Northmen de l’Est s’avérait immense, et plein d’attraction.

Le début du règne de Vred fut semé d’embûches : il eût à faire face à une crise commerciale et à des invasions des Logath aux frontières du Royaume. Il devait aussi gérer son propre royaume des Plaines, aussi passa-t-il la majeure partie de son règne à cheval entre Burh Widu et Dale, et à guerroyer aux frontières du royaume. Il mourut à 38 ans, en 457 QA, passant ainsi la couronne à son fils, Wulla, qui devait devenir le premier roi de tous les Northmen depuis Marwhini.

Sous le règne de Vred s’était développé un fort courant nationaliste parmi les Northmen : ceux-ci rêvaient de rassembler leur peuple sous une même bannière, un même roi, un même royaume. L’union des royaumes de Dale et des Plaines était devenu un acquis au bout de 20 ans. Vred et Wulla travaillèrent à se rapprocher des Béornides. Les liens commerciaux entre le royaume du Val d’Anduin et des plaines étaient devenus très forts. On avait fait tracer une route à travers la forêt, au sud. Wulla fut envoyé en mission diplomatique à de nombreuses reprises à Maethelburg. En 459, deux ans après la mort de Vred, Wulla récolta le fruit de nombreuses années de négociations. Il était convenu qu’à la mort de Dumbeorn, roi du Val d’Anduin, sa fille unique – et future reine - Heryna régnerait sur le nouveau royaume du Nord en tant que reine-consort de Wulla, roi des Plaines et roi de Dale. Ainsi, l’union des couronnes de Dale, des Plaines et du Val d’Anduin donnerait lieu à la création du royaume des Northmen, nouvellement fondé, indivisible et perpétuel. Tels étaient les termes du traité. Le prestige de Wulla et d’Heryna était immense, quand ils furent tous les deux couronnés en 464, à la mort de Dumbeorn. Les deux peuples se retrouvèrent unis. Leurs traditions n’étaient pas si différentes que cela, et l’union fut également un succès culturel. Wulla et Heryna réformèrent et harmonisèrent l’administration de leur royaume, et augmentèrent leur pouvoir. Ils étaient en négociation constante avec les seigneurs locaux. La justice royale s’imposa peu à peu, dans le respect des coutumes locales. Surtout, le royaume disposait de fonds important, grâce aux bénéfices de la guerre commerciale que les marchands de Dale et d’Esgaroth avaient remporté contre l’Empire. Les Daskil, les Brenhir, les Palmen et les Buckand comptaient parmi les riches familles marchandes. Avec la création du royaume du Nord s’ensuivit la levée des barrières douanières, et des perspectives économiques nouvelles pour ces négociants. Au sud, dans le Royaume Réunifié, cette nouvelle puissance économique et militaire montante faisait grincer des dents.


Ciryandil l'Usurpateur


En 518 QA fut rassemblé la plus grande coalition orientale de tous les temps. Les peuples voisins des Northmen, Sagath, Urgath et Logath, se rebellèrent contre le Royaume Réunifié et s’allièrent aux Variags, ainsi qu’aux Gens-des-Chariots des contrées lointaines de Rhùn, les Vorgani aux phalanges puissantes et les Kyrkarii aux noires bannières. La coalition traversa la Celduin sans que le Royaume Réunifié n’en fut averti, suite à la trahison de Merek Emphizar, capitaine du fort de Burh Mahrlinge et membre de la Compagnie Grise. Les légions orientales déferlèrent dans les plaines de Rhôvanion en ne rencontrant aucune résistance, les seigneurs des Plaines fuyaient devant eux en emportant tout sur leurs chevaux. Les Orientaux fondirent droit sur Osgiliath. Les armées de l’Ouest, enfin prévenues et rassemblées à la hâte, marchèrent à la rencontre des Orientaux dans la plaine du Dagorlad. Ainsi eût lieu la troisième bataille de Dagorlad, au cours de laquelle périt la fine fleur du Gondor, toute sa chevalerie et ses guerriers les plus hardis. Les armées du Gondor furent dispersées : le Rohan n’avait pu venir à temps, et les Rohirrims eux-mêmes furent vaincus et pris à partie dans les plaines. Les Orientaux mirent le siège devant Osgiliath, qu’ils encerclèrent. Ils passèrent l’Anduin après avoir fait tomber Cair Andros et mis le feu à la flotte du Gondor. Minas Tirith fut prise l’année suivante, ainsi que Pélargir. Entretemps une seconde ost d’Orientaux avait franchi les Méandres et avait fondu droit sur la Trouée du Rohan à Baranburg pour diviser les forces de la Marche. Le Roi du Rohan, Darceomer, fut empêché de trouver refuge à Osgiliath et la Marche d’Enedwaith ne put lui venir en aide car elle était trop faible pour affronter les Orientaux. L’étau se resserra sur Edoras, qui fut assiégée et en partie brûlée par les Orientaux. Edoras et le Roi ne furent sauvés que par l’intervention des éoreds d’Aldburg. Le Rohan fut saigné à Edoras, et ses forces eurent été achevées par l’ost orientale de Baranburg qui marchait sur elle si l’armée du Roi Ciryandil, nouvellement rassemblée en Arnor, n’avait joint les forces d’Enedwaith pour balayer les Orientaux. Victorieux, Arnoriens et Rohirrim marchèrent sur Osgiliath et brisèrent le siège, tandis que le Prince de Dol Amroth reprenait Minas Tirith. En 521 le Gondor était libéré, les Orientaux s’étant repliés dans leurs positions en Calendor et en Rhôvanion. Les Nains d’Aglarond et les Rohirrims se liguèrent pour bouter les Orientaux en dehors de Calendor, tandis que toute l’armée du Royaume Réunifié s’en allait affronter le plus gros de l’armée aux gués de la Celduin. Les Orientaux furent dispersés au début du printemps 522. Cependant fort de sa victoire, Ciryandil choisit de fondre sur le Royaume du Nord pour le conquérir.

Les relations entre le Royaume Réunifié et le Royaume du Nord avaient été longtemps tendues, du fait de la guerre économique que les marchands Northmen avaient mené contre le Gondor. Ciryandil accusait les Northmen d’avoir laisser passer les Orientaux sans s’opposer à eux – les Northmen retorquaient qu’ils n’auraient pu de toute façon s’opposer seule aux Orientaux, au risque de tout perdre. Lorsqu’il devint clair que le Gondor était ruiné, les Northmen continuèrent à commercer avec les Orientaux au cours de la guerre. De plus les Rois du Nord avaient mené une politique d’isolation vis-à-vis des autres royaumes, ne leur faisant pas confiance. Seuls les familles marchandes en réalité traitaient avec l’extérieur. Ciryandil profita de ces prétextes pour accroitre sa puissance : depuis longtemps il rêvait d’étendre la puissance de son royaume, et ses victoires avaient accru son ego de façon disproportionnée. Il s’imaginait en Aragorn ou en Elendil. Après leur victoire sur la Celduin, les armées de Gondor et d’Arnor fondirent sur Dale pour, prétendument, punir les traitres Northmen. Ceux-ci furent choqués et pris par surprise. Ciryandil prit Dale rapidement et à grand prix, tandis que les Nains partis dans le Sud pour soutenir leurs frères d’Aglarond ne purent leur venir en aide. Esgaroth et Gramasd se rendirent rapidement. Ciryandil fut bientôt soutenus par des Northmen qui étaient demeurés opposés aux Thenwingas et qui décidèrent de collaborer avec l’envahisseur en espérant reprendre le pouvoir à son départ. Ciryandil longea la Celduin depuis Esgaroth et pénétra dans la Brèche au mois d’août. Les Northmen s’étaient rassemblés à Burh Widu avec des renforts venus du Val d’Anduin et attendaient la bataille finale. Ils affrontèrent les légions implacables de Ciryandil dans les plaines et furent rudement défaits. Le Roi du Nord, Birusmavi, fut capturé et sa Couronne lui fut arrachée par Ciryandil, qui la prit pour lui. A l’aube, Ciryandil pénétrait dans Burh Widu et se sacra lui-même Roi du Nord. Il ambitionnait plus, et pensait que sa race, supérieure, devait gouverner le genre humain. Ainsi se ferait-il sacrer Empereur de la Terre du Milieu en décembre 522 QA. Mais peu après sa capture Birusmavi parvint à s’échapper grâce à l’aide de quelques uns de ses hommes et de fidèles de la Compagnie Grise. Il se réfugia dans les Halls de Thranduil, où il ne pouvait plus que pleurer la ruine de son Royaume. Seul demeurait le Val d’Anduin, protégé par le Vert-Bois. Auprès des Elfes de Thranduil, Birusmavi prit le nom de Neithan, le Dépossédé, titre que devaient porter fièrement ses descendants jusqu’à nos jours. Le Royaume du Nord vivait encore dans les cœurs de nombre de ses fidèles.


L'espoir d'un nouvel âge

Pendant les cinq siècles suivant, le souvenir du Royaume du Nord s'estompa pas peu à peu, sauf dans la lignée des Neithanides, chez qui la haine de l'Empire demeura toujours bouillonnante. Au Val d'Anduin, les Rois du Nord en exil s'établirent à Maethelburg, où ils ne furent plus que primus inter pares parmi les Seigneurs du Val. Leur pouvoir était affaibli et leur prestige réduit à néant. Aussi les Firgen y virent-ils une chance de s'élever, et peu après la chute du Royaume du Nord, ils se rebellèrent contre Maethelburg en vue de prendre le pouvoir. La lutte fut sanglante et les Neithanides la remportèrent de peu. Byrn Firgen fut emprisonné ainsi que tous ses fils. Son jeune neveu, qui était l'écuyer du Roi du Nord, reçut la seigneurie qui s'était rebellée, sous l'étroite surveillance de Brocca, l'un des intendants de Birusmavi dépêché à Firgenward pour mettre en oeuvre la tutelle. Vers 612 QA, le pouvoir des Neithanides fut encore affaibli : une pétition signée par la plupart des Seigneurs du Val, y compris par Merel Wrakya, Seigneur de Wrakyaburg, demandait un affaiblissement des prérogatives royales à défaut de quoi ils tenteraient de déposer le Roi Brenyorn. Celui-ci céda, et quelques années plus tard une nouvelle pétition demanda l'élection du Roi du Val d'Anduin par l'assemblée des Seigneurs. Elle fut aussi reçue par Brenyorn. Si au cours des siècles suivants il arrivât que certains Roi du Val ne soient pas de la famille des Neithanides, majoritairement ils le furent tous, eût égard au prestige de la famille qui conservait quoi qu'il arrive le titre de Roi du Nord en exil. Les choses en étaient à ce point rendues quand naquit Birusmavi, dernier du nom, et fils de Blakewyne à la fin du premier millénaire du Quatrième Âge. En l'an 1000 QA, il devait prendre le titre de Neithan à la mort de son père malade. Mais à cette époque, bien des choses avaient changé : les Northmen aspiraient de nouveau à la liberté au fur et à mesure que l'Empire montrait des signes de faiblesses, et il ne manquait plus qu'un homme vaillant pour déclencher la rébellion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Royaume du Nord
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux RPG : Mille Ans Après :: Chroniques de la Dagor Dagorath :: La Dagor Dagorath :: ♦ Contexte-